•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Ugo Fredette sera-t-il incarcéré pour 50 ans?

Croquis d'Ugo Fredette qui a comparu lundi au palais de justice de Saint-Jérôme.

Croquis d'Ugo Fredette qui a comparu au palais de justice de Saint-Jérôme. (archives)

Photo : Croquis fourni par la cour

Radio-Canada

Le processus de détermination de la peine d'Ugo Fredette est en cours au palais de justice de Saint-Jérôme. La Couronne réclame 50 ans ferme de pénitencier pour cet homme de 44 ans reconnu coupable de deux meurtres au premier degré. Si elle l'obtient, ce sera une première au Québec.

Jeudi, le procureur de la Couronne a plaidé pour un cumul des peines pour Ugo Fredette. Me Steve Baribeau affirme que les crimes perpétrés dépassent l'entendement et que le tribunal doit envoyer un message fort de désapprobation.

Sinon, a fait valoir le procureur, cela signifierait qu'il n'y a pas de conséquences à commettre un second meurtre et que la vie de la seconde victime, Yvon Lacasse, ne valait rien.

De dire Me Baribeau : si ce dossier-là ne mérite pas un cumul de peines, je ne sais pas quel dossier va le mériter.

Ces crimes entraînent automatiquement une peine de prison à vie, sans possibilité de libération conditionnelle avant 25 ans. Sauf qu'une disposition du Code criminel permet depuis quelques années de cumuler les périodes de 25 ans quand il y a eu plus d'un meurtre.

Ugo Fredette, 44 ans, a été condamné pour deux meurtres au premier degré.

Et c'est ce qui est en jeu ici : puisqu'il a commis deux meurtres, la juge Myriam Lachance de la Cour supérieure du Québec pourrait lui imposer deux peines consécutives de 25 ans.

Mais Ugo Fredette soutient que son cas ne requiert pas une aussi longue période et, en plus, il demande que cet article du Code criminel soit invalidé parce qu'il est inconstitutionnel, selon lui.

L'évaluation du risque

Plus tôt, cette semaine, la Couronne avait soumis au tribunal des documents des services correctionnels qui illustrent qu'Ugo Fredette représente un risque élevé pour la sécurité du public et un haut risque d'évasion.

Le 14 septembre 2017, après avoir poignardé à 17 reprises son ex-conjointe, Véronique Barbe, Ugo Fredette s'était enfui avec un enfant qui avait été témoin de la scène. Il a échappé aux policiers pendant environ 24 heures. Une cavale durant laquelle il a tué un automobiliste croisé par hasard, Yvon Lacasse, 71 ans, afin de s'emparer de son véhicule.

Dans leurs expertises présentées au tribunal par la Couronne, des psychiatres affirment qu'Ugo Fredette regrette que l'enfant avec lequel il s'est enfui n'ait pas témoigné à son procès. Ugo Fredette allègue que cet enfant n'a pas été traumatisé par les événements auxquels il a assisté.

Jeudi, le procureur de la Couronne a demandé quel genre de personne pouvait ainsi exposer un enfant de six ans à ces atrocités.

Ugo Fredette, a rappelé Me Baribeau, s'est même servi de l'enfant comme bouclier quand il a été arrêté par les policiers en Ontario.

Enfin, le procureur a affirmé que Véronique Barbe avait été victime de violence et de harcèlement pendant des années aux mains d'Ugo Fredette.

Aux yeux de la poursuite, il importe que le tribunal envoie un message dénonçant ce fléau social qu'est la violence conjugale.

On met du temps à évoluer, a déclaré Me Baribeau.

Ses parents réclament une deuxième chance

Après la poursuite, ce sera au tour de l'avocat de la défense de faire valoir ses arguments.

Me Louis-Alexandre Martin plaidera en faveur du maintien de la peine initiale, qui rendrait son client admissible à la libération conditionnelle dans 25 ans.

Selon un psychiatre qui a témoigné pour la défense, Ugo Fredette présente un faible risque de récidive et, n'étant emprisonné que depuis quelques mois, il n'a pas encore pu prendre du recul vis-à-vis des actes qu'il a commis.

Dans une lettre, les parents d'Ugo Fredette ont réclamé qu'une deuxième chance soit accordée à leur fils. Ce dernier, disent-ils, aurait 91 ans s'il était libéré au terme de 50 ans de détention ferme, ce qui lui laisserait peu de chance de se réhabiliter.

Les plaidoiries pourraient se poursuivre vendredi, après quoi la juge prendra l'affaire en délibéré.

Ugo Fredette a par ailleurs fait appel des verdicts de culpabilité prononcés contre lui et réclame un second procès.

Avec les informations de Geneviève Garon

Avec les informations de La Presse canadienne

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.

Justice

Société