•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

« On est au front », disent des travailleurs ontariens qui réclament la prime COVID-19

Un tube tenu par une infirmière qui porte des gants médicaux bleus.

Une trousse de dépistage de la COVID-19.

Photo : Associated Press / Ted S. Warren

Radio-Canada

Des travailleurs de la santé en Ontario aimeraient bénéficier de la prime salariale donnée aux travailleurs de première ligne.

Toutefois, le gouvernement Ford n'a pas l'intention de revoir cette liste des employés. En avril, l'Ontario avait annoncé que ces travailleurs seraient payés quatre dollars de plus de l'heure jusqu'au moins d'août. Cela représente un bonus mensuel de 250 $ offert pendant quatre mois aux travailleurs de première ligne qui sont en poste durant plus de 100 heures par mois.

Pourtant, certains professionnels de la santé comme les physiothérapeutes, les techniciens en laboratoire et les travailleurs sociaux demeurent exclus de cette liste.

La sonographe cardiaque d'Ottawa Josée Potvin travaille auprès de patients atteints de la COVID-19 et aimerait pouvoir être compensée au même titre que ses collègues.

C'est vraiment injuste de choisir certaines professions et non d'autres dans une situation comme on vit présentement, lance la dame.

On est au front depuis le début. On met nos vies à risque, la vie de nos proches à risque.

Josée Potvin, sonographe cardiaque

Selon Mme Potvin, ses tâches au quotidien exigent qu'elle soit en contact avec des patients infectés, ce qui justifie son inclusion dans la liste des travailleurs de première ligne.

La sonographe cardiaque d'Ottawa Josée Potvin.

La sonographe cardiaque d'Ottawa Josée Potvin

Photo : Radio-Canada / Hugo Bélanger

Pendant la pandémie on est appelé à faire des électrocardiogrammes au chevet du patient, aux soins intensifs et sur l'unité COVID. On est vraiment à proximité du patient pour une durée de trente minutes à 1 h 30, ajoute-t-elle.

La députée et porte-parole néo-démocrate pour la santé, France Gélinas, dit recevoir beaucoup de messages de citoyens qui ne comprennent pas l'exclusion de leur profession dans la liste des bénéficiaires de la prime.

C'est en train de créer beaucoup de zizanie à l'intérieur de l'équipe. Ils sont tous là, elles travaillent toutes ensemble, estime la politicienne.

Le ministère ontarien de la Santé indique pour sa part qu'il ne dispose pas suffisamment de ressources pour les intégrer.

Le bureau du Conseil du Trésor de l'Ontario a indiqué par courriel ne pouvoir distribuer la prime à plus de 350 000 employés en raison du financement limité octroyé par le gouvernement fédéral pour le programme.

Des retards dans la distribution

Le problème ne s'arrête pas là puisque les travailleurs admissibles peinent aussi à recevoir la prime salariale.

Les travailleurs qui devaient recevoir les sommes annoncées début juin devront attendre encore au moins une autre semaine, a expliqué jeudi le Conseil du Trésor.

France Gélinas déplore le processus lent qui a causé ce retard.

D'autres provinces ont déjà reçu des fonds du fédéral et qui ont déjà fait le remboursement aux travailleurs de la santé.

France Gélinas, députée et porte-parole néo-démocrate pour la santé

Le Conseil du Trésor a affirmé la semaine dernière que les employeurs recevront d'abord les sommes annoncées et feront la distribution par la suite.

Avec les informations de Yasmine Mehdi

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Ottawa-Gatineau

Politique provinciale