•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Virginie Proulx souhaite que les comités pléniers deviennent publics à Rimouski

Virginie Proulx, conseillère municipale, secteur du Bic.

La conseillère municipale du district du Bic, Virginie Proulx, souhaite que la Ville de Rimouski soit plus transparente envers ses citoyens (archives).

Photo : Radio-Canada / Simon Turcotte

Radio-Canada

Même après avoir été écartée des comités pléniers, la conseillère du district du Bic, Virginie Proulx, persiste et signe : selon elle, un changement de culture est nécessaire à la Ville de Rimouski.

Pour ce faire, elle propose que les comités pléniers, qui se tiennent en marge des séances publiques du conseil municipal, ne se fassent plus à huis clos.

Actuellement, 100 % des décisions se prennent en comité plénier et sont ensuite officialisées du côté du conseil municipal. [...] Les décisions se prennent de façon non officielle, et ensuite, du côté du conseil municipal, on officialise la décision, déplore-t-elle.

Le maire seul avec un écran sur lequel on voit chacun des conseillers en visioconférence.

Les réunions du conseil municipal de la Ville de Rimouski se font par visioconférence depuis le début de la pandémie (archives).

Photo : Radio-Canada / Denis Leduc

La conseillère estime qu'elle n'a rien à se reprocher, alors que plusieurs conseillers municipaux l'ont exclue des comités pléniers, car ils lui reprochent d'avoir dévoilé des informations confidentielles.

Elle affirme qu'elle est prête à faire ce qu'il faut pour que le processus décisionnel se fasse de façon plus transparente à la Ville de Rimouski.

Je suis prête à prendre la chaleur pour qu'il y ait un vrai débat sur la transparence.

Virginie Proulx, conseillère du district du Bic à la Ville de Rimouski

Si, au lieu d'avoir des rencontres en privé, tout se faisait de façon publique, avec des débats, devant les citoyens, ce que ça permettrait, c'est d'être plus transparents et de montrer aux citoyens pourquoi on a pris ces décisions-là, considère-t-elle.

Elle suggère ainsi de limiter le contenu confidentiel des séances du conseil à quelques thèmes clés de la politique municipale et de favoriser un débat public pour l'essentiel des enjeux régionaux.

Mme Proulx affirme avoir reçu plusieurs appels de conseillers municipaux d'autres villes qui dénoncent, comme elle, l'opacité du processus décisionnel des conseils municipaux. Il faut que ça change, dit-elle.

D'après une entrevue réalisée à l'émission Info-réveil

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Bas-Saint-Laurent

Politique municipale