•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Camp de sans-abri : la Fédération métisse menace de poursuivre Winnipeg

Des immondices devant un bâtiment.

Un camp de sans-abri se trouve devant le siège de la MMF à Winnipeg.

Photo : Radio-Canada / John Einarson

Radio-Canada

La Fédération métisse du Manitoba (MMF) menace de poursuivre la Ville de Winnipeg si les autorités ne font rien pour s’occuper du camp de sans-abri qui se trouve près de ses bureaux, près du chemin Disraeli.

Dans une lettre envoyée le 2 juin, le président de la MMF, David Chartrand, dit qu’il a dépensé 138 000 $ pour des mesures de sécurité supplémentaires, mais que les travailleurs ne se sentent toujours pas en sécurité. Il explique que certains des employés ont été menacés et agressés.

Le siège de la MMF est situé sur l’avenue Henry, près du quartier de South Point Douglas.

Selon David Chartrand, les problèmes avec les occupants de ces camps de fortune ont commencé à l’hiver dernier, mais ont empiré au fil du temps.

La MMF à bout

Cela devient incroyable et incontrôlable, a dit David Chartrand à CBC.

Selon lui, l’utilisation de drogues, l’indécence publique, les feux et la violence ont souvent lieu autour de ce camp. Quelques occupants du camp ont également des problèmes de santé mentale.

Selon David Chartrand, les personnes sont encouragées à s'installer dans le camp, car des passants leur fournissent de vieux meubles et des appareils électroménagers.

Cela ne peut pas continuer. Ce n’est pas comme ça que fonctionnent notre ville et notre province. Ce n’est pas une solution de fermer nos yeux et de dire : “Ce n’est pas dans mon quartier."

David Chartrand, président de la MMF

David Chartrand a déjà envoyé deux lettres au maire de Winnipeg, Brian Bowman, et a discuté avec lui à ce sujet, lors d’une rencontre sur une tout autre question.

Si ces campements se situaient sur des propriétés appartenant à la Ville sur Wellington Crescent, Churchill Drive, Park Avenue, ou dans le parc Assiniboine ou Kildonan, nous savons tous qu’ils ne seraient plus tolérés et que la police de Winnipeg aurait mis fin à ses activités, dit la lettre envoyée à la Ville par l’avocat de la MMF. Pourquoi est-ce que cela devrait être différent au 150 avenue Henry?

Une réponse dès que possible

Selon un porte-parole du maire de Winnipeg, la MMF a déjà obtenu des réponses, sans retard, dans le passé. Une discussion téléphonique a eu lieu à ce sujet le 21 mai dernier entre Brian Bowman et David Chartrand.

Les avocats de la Ville prennent en ce moment connaissance de la lettre et répondront dès que possible à leurs homologues de la MMF. Quant au maire Brian Bowman, il ne se prononcera pas tant que les avocats n’auront pas terminé leurs discussions.

Quand la Ville de Winnipeg est informée de la présence d’un camp de sans-abri, elle relaie l’information au Main Street Project, une organisation qui vient en aide aux sans-abri. L’organisme tente ensuite d’orienter les itinérants vers les services appropriés, a indiqué un autre porte-parole de la Ville.

La Ville ne démonte les camps que lorsque les activités ou les conditions de vie deviennent trop dangereuses. Un nettoyage a également lieu quand les objets sont abandonnés et qu’il n’y a plus personne qui vit dans le camp, selon le porte-parole.

En janvier dernier, la Ville avait procédé au démantèlement d’un camp de sans-abri près de la MMF après que deux des tipis installés furent partis en fumée.

Avec les informations de cbc

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !