•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La construction de la voie de contournement à Lac-Mégantic pourrait être retardée

Des wagons sont encore stationnés à Nantes, tout près de Lac-Mégantic.

Des wagons stationnés à Nantes, tout près de Lac-Mégantic.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Alors qu'Ottawa a annoncé mardi, par voie de communiqué, que le projet progressait bien malgré l'arrivée de la pandémie, il y a toutefois un point qui achoppe dans les négociations entre les propriétaires de terres agroforestières et le gouvernement.

Une trentaine d’entre eux demandent à Ottawa d’avoir accès en tout temps à leur terre, puisqu'avec la construction de la voie de contournement plusieurs terres seront scindées en deux.

Ils demandent également que le gouvernement oblige le CP, la compagnie ferroviaire, à entretenir les infrastructures qui seront construites pour permettre aux producteurs d’accéder à leur terre.

À Frontenac, par exemple, une tranchée devra être construite et pourrait atteindre jusqu’à 50 mètres de largeur par 30 mètres de profondeur. Les propriétaires devront alors enjamber un pont d’étagement pour accéder à leurs terres.

Les tracés actuel et accepté de la voie de contournement à Lac-Mégantic.

Alors qu'Ottawa a annoncé mardi que le projet de voie de contournement à Lac-Mégantic progressait bien, il y a toutefois un point qui achoppe dans les négociations entre les propriétaires de terres agroforestières et le gouvernement.

Photo : Radio-Canada

L’Union des producteurs agricoles de l’Estrie conseille aux producteurs de refuser l’offre d’Ottawa, qui ne voit pas les choses de la même façon.

L’avocate en question disait que les producteurs forestiers et agricoles n’y vont pas avec des servitudes et qu’ils se fient à la bonne entente. Je lui ai répété que ça existait dans les autres générations, mais qu’aujourd’hui tout se fait chez le notaire. Pour les transactions et les ententes, il y a des servitudes qui s’écrivent, a expliqué le président de l’UPA Estrie, François Bourassa.

La dernière séance de négociations a eu lieu en janvier et, pour l’instant, aucune autre n'est prévue.

Il y a d’autres moyens d’assurer l’entretien, on pourrait constituer un fonds d’entretien qui pourrait être géré par les municipalités ou les MRC. Ça prendrait des sommes importantes si c’est la solution qui est retenue. Nous, on ne lâchera pas le morceau, on va s’assurer que les propriétaires vont avoir accès à leur territoire, sinon il n’y aura pas d’entente, assure le président du Syndicat des producteurs forestiers du sud du Québec, André Roy.

Si aucune entente n’est trouvée,  il y aura des délais à prévoir pour le début de la construction de la voie de contournement qui est prévu d’ici la fin de l’année.

De son côté, Transports Canada a répondu que le droit des propriétaires d’accéder à leur propriété est protégé par la Loi sur les transports du Canada et que des ententes seront conclues entre l’opérateur ferroviaire et les propriétaires.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Estrie

Politique fédérale