•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Résolu toujours à l’arrêt pour une durée indéterminée à Baie-Comeau

L'usine de Produits forestiers Résolu

Photo : Radio-Canada / Benoît Jobin

Radio-Canada

L'usine de Produits forestiers Résolu a cessé de fonctionner le 28 mars à Baie-Comeau. Avec la pandémie, la baisse de la demande mondiale pour le papier journal s'est accélérée de façon importante et il est toujours impossible pour l’entreprise de dire à quel moment la production pourrait reprendre.

Cette situation est inquiétante autant pour la ville de Baie-Comeau que pour les employés de l'usine, indique le maire, Yves Montigny. Il affirme cependant que l'administration municipale est constamment en contact avec l’entreprise et les représentants de ses employés pour essayer de trouver des solutions.

On est en discussion deux à trois fois par semaine avec les gens de chez Résolu. On est en contact aussi avec la partie syndicale. On s'est parlé la semaine dernière, raconte le maire Montigny.

La demande du papier journal a diminué de moitié

Un travailleur supervise la fabrication de papier journal.

Un travailleur supervise la fabrication de papier journal.

Photo : Radio-Canada / Benoît Jobin

De son côté, l'administration de Produits forestiers Résolu dit comprendre les inquiétudes des travailleurs, mais elle indique que les conditions nécessaires à une reprise de la production ne sont pas réunies.

La COVID-19 a engendré une baisse de 40 % à 50 % de la demande en papier journal, rapporte Louis Bouchard, le directeur principal des affaires publiques et des relations gouvernementales chez Produits forestiers Résolu.

Ce n’est pas une question de qualité ou de performance. C'est conditionné essentiellement par ce qui est en train de nous frapper à l'ensemble du globe : la crise sanitaire et évidemment toutes les difficultés économiques que ça engendre, soutient M. Bouchard.

L’entreprise se dit toutefois consciente de l’importance économique de ses activités dans la région.

[On est conscient] de tout ce que ça engendre sur le tissu social, alors vraiment, on n’est pas froid ou distancié par rapport à ça, affirme Louis Bouchard.

L'usine de Produits forestiers Résolu

L'usine de Produits forestiers Résolu

Photo : Radio-Canada / Benoît Jobin

Un député souhaite le maintien des emplois

Le député de René-Lévesque, Martin Ouellet, pense que ces emplois très bien rémunérés sont primordiaux dans la région.

Il faut tout faire pour sauver ces emplois-là.

Martin Ouellet, député péquiste de René-Lévesque

Est-ce qu'on pourrait convertir ces machines-là pour faire une nouvelle production, je le souhaite. Mais évidemment, il faut tout faire et je m'attends à ce que le gouvernement ait une oreille attentive, commente le député Ouellet.

La majorité des 234 employés de l'usine ont été mis à pied en mars. Ils peuvent bénéficier temporairement de la Prestation canadienne d'urgence (PCU) offerte par le gouvernement fédéral.

Les représentants syndicaux de l'usine de Baie-Comeau demeurent convaincus qu'il y aura une réouverture, mais ils affirment que les travailleurs commencent à trouver le temps long. Ils espèrent qu'une date de reprise de la production sera fixée très bientôt.

Beaucoup d'autres emplois dépendent de l'usine

Les camions transportent le bois à l'extérieur de la forêt

Les camions transportent le bois à l'extérieur de la forêt

Photo : Radio-Canada / Etienne Dumont

Le directeur québécois du syndicat Unifor, Renaud Gagné, rappelle que la suspension des activités ne touche pas que les 234 travailleurs.

C’est toute l'opération de foresterie tant au niveau sylvicole que de la récolte, du transport sciage et toute la deuxième et troisième transformation qui se fait sur la Côte-Nord, précise-t-il.

Selon lui, il faut donc trouver d'autres créneaux pour sauver et pérenniser tous ces secteurs d’activité sur la Côte-Nord.

Comme le député Martin Ouellet, M. Gagné croit qu’il faut penser à d’autres créneaux, comme le carton ou le papier-tissu.

Il favorise la mise en place d’une cellule de crise réunissant toutes les parties impliquées et le gouvernement.

Avec les informations de Marlène Joseph-Blais

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Côte-Nord

Industrie forestière