•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des Hongkongais commémorent Tiananmen, malgré l'interdiction policière

Pour la première fois en 30 ans, la police n'avait pas donné son feu vert à la tenue de cette traditionnelle veillée, en citant les risques liés au coronavirus.

Des hommes et des femmes assis près d'un parc tiennent des bougies dans leur main à la brunante.

Des milliers de Hongkongais ont allumé des bougies pour rendre hommage aux victimes du massacre de la place Tiananmen dans divers quartiers de la ville, et notamment au parc Victoria, pourtant interdit d'accès par les autorités.

Photo : Reuters / TYRONE SIU

Agence France-Presse

Des milliers de Hongkongais ont allumé jeudi soir des bougies dans plusieurs quartiers de l'ex-colonie britannique en souvenir des victimes de la sanglante répression de Tiananmen, il y a 31 ans à Pékin, selon des journalistes de l'AFP sur place.

Les autorités avaient interdit la traditionnelle veillée dans le parc Victoria, mais des foules s'y sont néanmoins rassemblées, alors que d'autres cérémonies de recueillement avaient lieu ailleurs, sur fond de fortes tensions quant à l'influence de Pékin.

Pour la première fois en 30 ans, la police n'avait pas donné son feu vert à la tenue de cette traditionnelle veillée, en citant les risques liés au coronavirus.

Alors que les Hongkongais se préparaient à marquer l'événement en ordre dispersé dans tout le territoire, quelques manifestants ont retiré les barrières qui avaient été installées autour du parc Victoria, avant qu'un groupe plus nombreux n'y pénètre et se rassemble sur les terrains de football en scandant des slogans.

Voilà 30 ans que je viens chaque année pour la veillée [...], mais cette année, cela a encore plus d'importance. Parce que Hong Kong vit le même genre de répression menée par le même régime, comme ce qui s'est passé à Pékin. Nous n'avons pas d'armes. Tout ce que nous pouvons faire, c'est parler.

un homme de 74 ans se faisant appeler Yip
Photomontage comparant l'affluence constatée en 2019 et 2020. La photo prise cette année montre une foule plus clairsemée.

Ce photomontage montre que l'affluence constatée cette année au parc Victoria (photo du bas) est plus faible que celle de l'année dernière (photo du haut).

Photo : La Presse canadienne / AP/Vincent Yu

Signe que la crise politique dans l'ex-colonie britannique est loin d'être terminée, son Parlement a finalement adopté jeudi après-midi dans des conditions houleuses un texte très controversé criminalisant tout outrage à l'hymne national chinois.

Les élus de l'opposition prodémocratie ont refusé de participer à ce vote perdu d'avance, et l'un d'eux a déversé un mélange fétide d'engrais liquide dans la chambre pour perturber le travail législatif.

Les adversaires du texte y voient la dernière tentative en date de Pékin pour rogner les libertés locales théoriquement garanties jusqu'en 2047 par l'accord de rétrocession.

Et le fait qu'elle soit votée le jour anniversaire de Tiananmen n'a fait qu'accroître leur émoi.

La sanglante intervention de l'armée chinoise dans la nuit du 3 au 4 juin 1989 avait mis fin à sept semaines de manifestations d'étudiants et d'ouvriers qui dénonçaient la corruption et réclamaient la démocratie en Chine. La répression avait fait entre plusieurs centaines et plus d'un millier de morts.

La célèbre photo de Jeff Widener sur la place Tiananmen, à Pékin.

Un homme se tient seul, debout devant quatre chars d'assaut sur la place Tiananmen, à Pékin, lors des événements de 1989.

Photo : Associated Press / Jeff Widener

Le sujet est tabou en Chine. Jeudi matin à Pékin, un photographe de l'AFP a été stoppé par la police, qui l'a obligé à effacer la plupart de ses clichés alors qu'il circulait près de Tiananmen.

Une tradition qui se maintient

Voilà 30 ans qu'une veillée attire immanquablement des foules à Hong Kong, seul endroit du pays où l'événement est commémoré, ce qui illustre les libertés uniques dont jouit le territoire autonome, revenu dans le giron chinois en 1997.

Mais pour la première fois en trois décennies, la veillée n'a pas été autorisée cette année par la police, qui a invoqué les risques liés à la COVID-19, les rassemblements de plus de huit personnes restant interdits.

Des manifestants masqués tiennent des pancartes.

Des manifestants tiennent des pancartes lors d’une veillée à Hong Kong pour marquer le 31e anniversaire de la répression des manifestations sur la place Tiananmen à Pékin en 1989.

Photo : Reuters / TYRONE SIU

En échange, les organisateurs avaient appelé les habitants à allumer des bougies à 20 h, heure locale, là où ils se trouvent. Sept églises catholiques doivent aussi célébrer des messes.

Je ne crois pas que ce soit à cause de la pandémie. C'est de la répression politique. J'ai bien peur que cette veillée n'ait plus jamais lieu.

Wong, un homme de 53 ans, après s'être agenouillé près du parc

Sur le campus de l'Université de Hong Kong (HKU), des étudiants ont passé l'après-midi à nettoyer un mémorial de Tiananmen.

La veillée de Hong Kong attire généralement des foules à Hong Kong, notamment les années où l'inquiétude quant à l'attitude de Pékin est particulièrement vive.

L'an passé, la veillée du 30e anniversaire s'était déjà déroulée dans un contexte politique tendu : l'exécutif hongkongais pro-Pékin tentait d'imposer l'autorisation des extraditions vers la Chine continentale.

Une semaine plus tard allaient commencer sept mois de manifestations quasi quotidiennes dans la métropole financière.

Des jeunes portant des masques déposent des fleurs.

Des étudiants universitaires déposent des fleurs devant la statue du « Pilier de la honte » à l'Université de Hong Kong, un mémorial pour les personnes tuées lors de la répression de Tiananmen en 1989.

Photo : Getty Images / Billy H.C. Kwok

Des conglomérats appuient la loi chinoise sur la sécurité nationale

En réponse à ce mouvement, Pékin vient d'annoncer son intention d'imposer à Hong Kong une loi sur la sécurité nationale, qui prévoit de punir les activités séparatistes, terroristes, la subversion, et les ingérences étrangères dans le territoire.

Beaucoup de Hongkongais, et nombre de capitales occidentales, redoutent que cette réforme ne soit le prélude à une vague de répression politique et ne signe la fin de la semi-autonomie.

Plusieurs conglomérats très impliqués en Chine continentale viennent cependant d'exprimer leur soutien à ce texte controversé, parmi lesquels HSBC, Standard Chartered ou Jardine Matheson

Mais une enquête réalisée cette semaine par la Chambre américaine de commerce laissait entendre que 83 % des Hongkongais étaient modérément ou très préoccupés par la loi, et la moitié se disaient pessimistes quant à l'avenir de la ville.

En Chine continentale, aucune commémoration publique n'est possible : les médias restent muets, les censeurs effacent toute mention sur Internet et la police surveille de près les dissidents avant la date fatidique du 4 juin.

Washington a salué comme chaque année la mémoire des victimes. Le chef de la diplomatie américaine Mike Pompeo a ainsi tweeté une photo de lui avec quatre figures du mouvement de Tiananmen.

Interrogé sur la répression, un porte-parole du ministère des Affaires étrangères a répété mercredi que le pouvoir chinois était déjà parvenu à une conclusion claire sur les troubles politiques survenus à la fin des années 1980.

Les grandes réalisations de la Chine nouvelle au cours des 70 dernières années ont pleinement démontré que la voie de développement choisie par la Chine est tout à fait correcte, a indiqué Zhao Lijian.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Asie

International