•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La joie de l’équipe du film québécois Nadia, Butterfly, sélectionné à Cannes

Le réalisateur et les deux actrices sont près d'une piscine et regardent en direction d'une personne hors champ. On voit un autre homme de dos.

Pascal Plante, Katerine Savard et Ariane Mainville sur un plateau extérieur de « Nadia, Butterfly ».

Photo : Maxime Cormier/Némésis Films

Radio-Canada

Le film québécois Nadia, Butterfly est le seul représentant canadien à avoir été choisi, mercredi, pour intégrer la Sélection officielle du Festival de Cannes, aux côtés de 55 autres films dont l'organisation veut faire la promotion malgré l'annulation du festival. Cette bonne nouvelle a fait la joie du réalisateur du film, Pascal Plante, et de la nageuse olympique Katerine Savard, qui joue le rôle principal. 

On est vraiment très heureux, s’est félicité Pascal Plante, le réalisateur de Nadia, Butterfly, au micro de Catherine Richer, la chroniqueuse culturelle de l’émission Le 15-18.

Personne ne peut prétendre que son film vaut Cannes. Il y a plein de bons cinéastes et de bons films, a-t-il ajouté avec humilité. 

C’est mardi que le Québécois a appris la nouvelle en recevant un courriel alors que, tout transpirant, il revenait d’un jogging. 

La nageuse Katerine Savard, médaillée aux Jeux olympiques de Rio en 2016, interprète le rôle de Nadia, une nageuse de haut niveau, dans Nadia, Butterfly.

Si l'on m’avait dit ça avant de commencer l’année dernière, jamais je ne l’aurais cru. C’est vraiment une expérience incroyable, a-t-elle déclaré, ajoutant qu’elle ne pouvait pas demander mieux.

Un homme et deux femmes boivent du champagne.

Le réalisateur Pascal Plante, la productrice Dominique Dussault et la distributrice Chantale Pagé sont ensemble pour célébrer la sélection du film « Nadia, Butterfly » par le Festival de Cannes.

Photo : Radio-Canada

Pas de tapis rouge à Cannes 

Bénéficier de l’étiquette Sélection officielle du Festival de Cannes va donner davantage de visibilité au film. Toutefois, le Festival de Cannes ayant été annulé cette année en raison de la pandémie de COVID-19, l’équipe de Nadia, Butterfly n’ira pas en France pour présenter son long métrage. 

Katerine Savard aurait bien sûr voulu fouler le tapis rouge du célèbre Palais des festivals de Cannes. Tant qu’à vivre l’expérience, j’aurais tellement aimé la vivre à 100 %. Mais, écoute, je ne peux pas demander mieux. Je ne m’attendais vraiment pas à ça, et on va le prendre n’importe comment, a-t-elle commenté. 

Le film sportif vu autrement

Le film Nadia, Butterfly explore le défi que représente la retraite pour les athlètes de haut niveau. Il suit Nadia aux Jeux olympiques, où elle participe à la dernière compétition de natation de sa carrière, puis dans sa quête intérieure d’une nouvelle identité, en dehors des bassins où elle a passé une grande partie de sa vie.

Lui-même ancien nageur de compétition, Pascal Plante a voulu tourner un long métrage plus authentique que les habituels films sportifs. 

Le cinéphile en moi n’était pas comblé par les films sportifs, [dont] je trouvais le schéma “gagner ou perdre” un peu binaire et simpliste. C’est tellement riche la psychologie d’un athlète de pointe, surtout en sport individuel.

Pascal Plante

Ayant vu des amis athlètes s’adapter difficilement à leur mise à la retraite, Pascal Plante a voulu consacrer un film au vide et aux questionnements qui surgissent à la fin d’une carrière sportive.

Nageuse et actrice 

Faire appel à de véritables athlètes pour incarner ses personnages a été une évidence pour le réalisateur. 

Au départ, Katerine Savard avait travaillé sur le film en tant que consultante pour le scénario. Puis, Pascal Plante s’est dit qu’elle pouvait être sa Nadia. Avec ma productrice, on a regardé des entrevues [de Katerine Savard sur Internet] et on s’est dit qu’elle pouvait être touchante. On l’a amenée en audition, on l’a testée et elle a été bonne.

Si Katerine Savard s’est sentie capable de s’improviser actrice, trouver le temps nécessaire au tournage dans son agenda très chargé d’athlète a été plus difficile. Le film a été principalement tourné l’an dernier pendant les deux semaines de pause de la saison de natation.

Elle a vraiment eu du plaisir sur le plateau. C’était tellement beau à voir, son excitation, ça donnait une belle énergie à toute l’équipe, se rappelle Pascal Plante qui qualifie son actrice de tornade avec des émotions

Exigeante dans le sport comme dans l’art

Même si faire du cinéma était nouveau pour Katerine Savard, la jeune femme s’est révélée aussi perfectionniste devant la caméra que dans les piscines.

J’avais tout le temps l’impression de ne pas être sûre de faire la bonne chose. Je suis exigeante envers moi-même, et c’est ce qui m’a amenée à vivre les succès que je vis.

Katerine Savard

Vivre le quotidien d’une nageuse de compétition a aidé Katerine Savard à interpréter le rôle de Nadia. Les émotions d’être dans une course, j’étais capable de les montrer parce que j’avais juste à m’en remettre à ma propre expérience, à comment je l’avais vécue, a-t-elle expliqué. 

Toutefois, elle tient à ce que les gens comprennent que le film ne raconte pas sa vie : Il y a des choses que le personnage vit et que moi je n’ai pas vécues, et vice-versa.

Sur les écrans cet automne?

Comme une partie de l’équipe de Nadia, Butterfly, Katerine Savard n’a pas encore vu le film. Le confinement a provoqué la fermeture des salles de cinéma avant que Pascal Plante puisse organiser une projection. 

Je suis stressée quand même [de me voir à l’écran] et de la réaction des gens. Mais je me dis qu’il doit y avoir quelque chose de bon s'il a été sélectionné [à Cannes].

La sélection cannoise de Nadia, Butterfly augure de beaux jours pour le film lors des festivals de cinéma qui se tiendront cet automne, si la situation sanitaire le permet. Pascal Plante espère que son long métrage pourra sortir dans les salles de cinéma à cette période. 

Avec les informations de Catherine Richer et d'Alexandre Gascon

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Cinéma

Arts