•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Procès de Maurice Nadeau: « les agressions et les attouchements étaient la norme », dit une présumée victime

Un accusé marche vers sa voiture à la sortie du palais de justice de Rouyn-Noranda, une enveloppe jaune à la main.

Maurice Nadeau au palais de justice de Rouyn-Noranda (archives)

Photo : Radio-Canada / Piel Côté

Accusé de 16 chefs pour des crimes d'ordre sexuel sur deux enfants de moins de 16 ans, Maurice Nadeau subit son procès mercredi et jeudi au palais de justice de Rouyn-Noranda. Les crimes reprochés sont, entre autres, des incitations à des contacts sexuels, des agressions sexuelles ainsi que d'avoir exhibé ses organes génitaux.

Pour le procès de Maurice Nadeau, un sexagénaire, la Couronne entend produire trois témoins, dont les deux présumées victimes.

En ce premier jour d’un procès prévu sur deux jours, la première présumée victime a livré un témoignage de près de quatre heures.

Une ordonnance de non-publication a été demandée afin de protéger l’identité des présumées victimes.

À un certain moment, les attouchements et les agressions sexuelles étaient la norme.

La première des deux présumées victimes

Il arrivait que les attouchements surviennent une à trois fois par jour, ajoute-t-elle.

Avec précision, elle a détaillé les types d’agressions qu’elle aurait subies, faisant également une distinction entre attouchements et agressions.

L’avocat de la défense, Me Claude Bédard l’a ensuite contre-interrogée durant plus de deux heures. Il a notamment été question du moment du dévoilement à sa mère des actes qu’aurait posés Maurice Nadeau.

Me Bédard l’a également interrogé sur les premiers actes que son client aurait commis et sur la durée en termes d’années des actes.

Vous avez dit que ça a duré 10 ans, mais si ça a commencé environ en 2005 et que ça s’est terminé vers 2010, ça fait plus 5 ans que 10, lui a-t-il lancé.

La première présumée victime a alors répondu qu’elle englobait l’ensemble des agressions, qu’elles soient physiques ou psychologiques, sans vouloir préciser davantage.

Je sais compter, a alors conclu la juge.

Une deuxième présumée victime a commencé son témoignage en toute fin de journée mercredi et poursuivra jeudi matin.

La défense entend également faire témoigner l’accusé au cours des prochaines audiences.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Abitibi–Témiscamingue

Crime sexuel