•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Premier entraînement de l'Atlético d'Ottawa après presque 3 mois d'attente

La reprise des activités de l'Atlético marque le retour du sport professionnel à Ottawa.

Un homme seul s'élance avec le ballon.

Antoine Coupland lors de la première pratique extérieure de l'Atlético d'Ottawa

Photo : Radio-Canada / Francis Ferland

À quel point les joueurs de l’Atlético d’Ottawa avaient-ils hâte de reprendre l’entraînement? Même s’ils nous imposaient plus de règles, nous serions quand même heureux, pourvu que nous puissions être sur le terrain.

C’est Ben Fisk qui a lancé cette phrase à sa sortie du terrain, mercredi, après environ une heure d’entraînement. Les règlements imposés par les autorités sanitaires provinciales et municipales sont pourtant sévères.

Mais plus de 11 semaines après l’interruption de leur camp d’entraînement à Madrid en raison de la pandémie de COVID-19, les joueurs de l’Atlético sont prêts à tout pour dribler le ballon à nouveau. C’est probablement la plus longue saison morte de notre carrière, a ajouté le Britanno-Colombien.

Il faisait partie du premier groupe à sauter sur le terrain du parc George Nelms, dans le secteur de Manotick, dans le sud d’Ottawa. Au préalable, lui et ses coéquipiers ont rempli un questionnaire sur leur état de santé avant de quitter la maison, en plus de faire prendre leur température à leur arrivée au site d’entraînement.

Seulement quatre joueurs peuvent être sur le terrain en même temps et ils doivent rester dans la section qui leur est dédiée, afin de conserver la distance nécessaire. L’équipe prend en note les noms des athlètes qui ont fait partie du même groupe, afin de pouvoir faire le traçage advenant qu'un cas de coronavirus soit déclaré.

Rien toutefois n’allait empêcher Fisk ne profiter du moment. C’était super. C’est la première fois qu’on touchait au ballon depuis longtemps. On avait hâte, a raconté le premier joueur à avoir été mis sous contrat par la nouvelle équipe de la Première ligue canadienne de soccer (CPL).

Jeff Hunt remet un maillot au maire d'Ottawa.

Jeff Hunt (à droite), partenaire stratégique de l'Atlético d'Ottawa, avec le maire Jim Watson (à gauche), lors du premier entraînement de l'Atlético d'Ottawa, le mercredi 3 juin 2020.

Photo : Radio-Canada / Francis Ferland

Plus de joueurs en attendant la phase 2

Seuls les joueurs qui sont restés dans la capitale fédérale pendant la pandémie ont accès aux installations utilisées par le club. Jeff Hunt, le partenaire stratégique de l’Atlético de Madrid à Ottawa, a mentionné qu’il s’attend à ce que les 14 joueurs mis sous contrat jusqu’à maintenant soient dans les parages d’ici samedi.

Les entraînements principalement individuels représentent la première phase du retour au jeu du onze ottavien, rendu possible par le gouvernement Ford, qui a permis la reprise des activités des équipes professionnelles le 8 mai.

Une deuxième phase, qui comprendra des exercices avec un plus grand nombre de joueurs, devrait suivre. Pour ce qui est de la saison, le portrait est moins clair.

La CPL a approché le gouvernement de l’Île-du-Prince-Édouard afin d’y installer ses huit équipes, le temps d’un tournoi inspiré de la Coupe du monde de soccer. Le modèle est similaire à celui présenté par les grandes ligues sportives en Amérique du Nord pour un retour au jeu.

Nous voulons tous, surtout les joueurs, voir une compétition, peut-être même le couronnement d’un champion en 2020. C’est surtout important pour l’Atlético d’Ottawa que nous puissions lancer notre équipe cette année et jouer des parties qui veulent dire quelque chose, a expliqué Hunt, en arborant le maillot blanc, rouge et bleu dévoilé la semaine dernière.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Ottawa-Gatineau

Soccer