•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L’achalandage des aéroports de Regina et de Saskatoon mis à mal par la COVID-19

Vue extérieure du nom de l'aéroport de Saskatoon.

L'aéroport international John G. Diefenbaker, à Saskatoon, voit environ 3000 voyageurs franchir ses portes ces temps-ci.

Photo : Radio-Canada / Trevor A Bothorel

Radio-Canada

Aux prises avec un ralentissement de l’achalandage depuis le début de la pandémie de COVID-19, les aéroports de Regina et de Saskatoon font de leur mieux pour traverser la tempête.

Le président-directeur général de l’Autorité de l’aéroport de Regina, James Bogusz, demande une aide financière à Ottawa.

Il souligne que l’achalandage au mois d’avril a diminué de 98,2 % par rapport à avril de l’année dernière.

Selon lui, l’Autorité de l’aéroport de Regina n’a pas les moyens d’absorber une baisse aussi importante.

Nous sommes en train de brûler nos réserves de liquidités. Nous allons traverser la tempête avec des mesures qui nous permettront de réduire les coûts lorsqu’il est possible de le faire, mais nous ne pouvons pas générer les revenus dont nous avons besoin présentement, dit-il.

C'est pourquoi l’Autorité de l’aéroport de Regina demande une subvention ou un prêt sans intérêt, accordés rapidement, pour qu’elle puisse garder la tête hors de l’eau jusqu’au retour à un niveau qui lui permet d’être viable.

Vue de l'entrée de l'aéroport international de Regina avec des drapeaux qui flottent.

L’aéroport international de Regina reçoit très peu de visiteurs depuis le début de la pandémie.

Photo : Radio-Canada / Bryan Eneas

L’Autorité de l’aéroport de Regina est une agence à but non lucratif qui génère principalement ses revenus grâce aux frais de voyage, dont les frais d’atterrissage et les revenus de stationnement.

L’organisation aéroportuaire utilise ensuite ces fonds pour payer le personnel et entretenir l’établissement.

Même son de cloche à Saskatoon

Pendant ce temps, plus au nord, l’Autorité de l’aéroport de Saskatoon dit elle aussi faire de son mieux pour faire face aux répercussions de la pandémie.

Selon la vice-présidente du développement et de la qualité des services de l’aéroport, CJ Dushinski, environ 3000 personnes franchissent les portes de l'aéroport chaque jour, mais ce nombre est habituellement de 60 000 à 70 000.

C’est un déclin important, mentionne-t-elle.

Selon les prévisions de l’administration, il faudrait entre un an et demi et trois ans pour que l'achalandage dans les aéroports revienne au niveau de 2019.

Il faudra du temps pour que la confiance dans l’industrie se rétablisse et que les gens soient assez rassurés pour voyager de nouveau, dit CJ Dushinski.

Les couloirs d'attente menant aux comptoirs d'enregistrement d'Air Canada sont vides.

Air Canada, l'une des compagnies aériennes de l'aéroport de Saskatoon, a grandement réduit le nombre de vols qu'elle propose depuis le début de la pandémie.

Photo : La Presse canadienne / Paul Chiasson

Le député conservateur de la circonscription de Regina-Wascana, Michael Kram, estime également qu’une aide financière d’Ottawa à l’aéroport de Regina est nécessaire.

Les aéroports sont aussi essentiels que les autoroutes et les chemins de fer, dit-il, estimant que le gouvernement de Justin Trudeau prend un risque en n’agissant pas pour aider les aéroports à traverser la crise.

Avec les informations de David Shield

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Saskatchewan

Transports