•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L’employé atteint de la COVID-19 au CHSLD de Sept-Îles n'aurait pas transmis le virus

Une main portant un gant tient un écouvillon.

Le CISSS de la Côte-Nord se fait rassurant concernant l'employé de CHSLD atteint par la COVID-19 (archives)

Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

Radio-Canada

L’employé du CHSLD de Sept-Îles infecté par la COVID-19 n’a pas pu attraper ni transmettre le virus sur son lieu de travail. C’est ce que conclut le Centre intégré de santé et de service sociaux (CISSS) de la Côte-Nord, au terme d’une enquête épidémiologique.

Les mesures préventives pour limiter la contamination qui ont été déployées vendredi sont maintenant arrêtées et l’enquête est terminée.

Claudette Viens, médecin-conseil en maladie infectieuse à la Direction de santé publique de la Côte-Nord, explique que c’est le port d’équipements de protection, dont un masque et une visière, qui permet de conclure que les risques de contamination au CHSLD étaient très faibles.

Le patient était asymptomatique. Quand on fait nos enquêtes épidémiologiques, on tombait dans des critères faibles aussi parce que le patient portait les mesures de protection [contre] les infections, un masque, des gants. Les collègues de travail évidemment aussi portaient tous les masques de procédure, donc on tombait dans des critères de transmission de risque très très faible, explique Dre Viens.

L'employé atteint de la COVID-19 est, à la mémoire du Dr Richard Fachehoun, médecin-conseil en santé publique pour le CISSS, la première personne asymptomatique ayant reçu un résultat de test de dépistage positif dans la région.

Le docteur Richard Fachehoun accorde une entrevue à Radio-Canada.

Le docteur Richard Fachehoun de la Direction de la Santé publique au CISSS de la Côte-Nord.

Photo : Radio-Canada / Olivier Roy-Martin

Le CISSS ajoute que l’ensemble des travailleurs et des résidents du CHSLD Gustave-Gauvreau qui ont été en contact étroit avec l’employé infecté ont été testés de façon préventive.

Le CISSS n’a pas l’habitude de dévoiler publiquement les détails des résultats des enquêtes épidémiologiques qu’il mène. L’organisation a toutefois cru bon d’agir de la sorte pour ce cas en raison de l’inquiétude que cause le risque d’une contagion dans un milieu de vie pour aînés.

Avec les informations de Laurence Royer

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Côte-Nord

Santé publique