•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une pétition réclame le port obligatoire de caméras d'intervention par les policiers

Charmaine Williams pose dans la rue.

La conseillère municipale de Brampton Charmaine Williams demande le port obligatoire de caméras d'intervention dans les services de police de l'Ontario (archives).

Photo :  CBC / Martin Trainor

Thalia D’Aragon-Giguère

Une pétition lancée mercredi par la conseillère municipale de Brampton Charmaine Williams demande le port obligatoire de caméras d'intervention dans les services de police de l’Ontario. Selon l'instigatrice du projet, la population devrait pouvoir connaître les faits au moment d'une intervention policière.

Charmaine Williams se réjouit de l'accueil favorable qu’elle reçoit depuis l’annonce de la pétition. Elle souhaite ainsi profiter d’un contexte social propice aux changements afin de faire valoir sa cause auprès des différents ordres de gouvernement.

Une relation de confiance

Selon Charmaine Williams, l’utilisation des caméras d'intervention donne un sentiment de sécurité et oblige la police à rendre des comptes. Il s’agit avant tout d’une question de transparence et de confiance envers les forces de l’ordre.

Elle rappelle l'importance des images filmées par les caméras de surveillance et les téléphones cellulaires lors de l’arrestation brutale de George Floyd la semaine dernière aux États-Unis.

L'ex-policier Derek Chauvin est accusé du meurtre non prémédité de l'homme de 46 ans.

Sans ces caméras, il ne serait qu’un autre homme noir mort, mais nous savons grâce aux images qu’il a été assassiné [par un policier], soutient-elle.

Je ne pense pas que les caméras d'intervention vont tout résoudre, mais elles demeurent une solution partielle à un problème plus large, explique-t-elle en entrevue.

Le racisme est une réalité à Brampton, à Toronto et partout au Canada. La question est maintenant de savoir ce que nous allons faire à ce sujet.

Charmaine Williams, conseillère municipale de Brampton

La relation entre la communauté noire et la police n'est pas au mieux, se désole Charmaine Williams qui est la première femme noire élue au conseil municipal de Brampton.

Un pas dans la bonne direction

Charmaine Williams souligne que le maire de Brampton, Patrick Brown, compte présenter une motion à la commission du Service de police de Peel afin d’implanter le port de caméras d'intervention.

Le chef du Service de police de Toronto, Mark Saunders, est également favorable à l'utilisation des caméras. La police de Toronto devait aller de l'avant avec l'implantation de 2000 caméras d'intervention à la suite du succès d'un projet pilote mené de mai 2015 à mars 2016.

Le processus a depuis pris du retard, mais Mark Saunders assure vouloir accélérer l'utilisation de caméras sur les policiers de Toronto d'ici la fin de l'été. Ce ne sera certainement pas implanté à l'ensemble de l’organisation, mais c’est un pas dans la bonne direction, assure-t-il.

Le chef du Service de police de Toronto réclame ainsi plus de transparence. Nous voulons tous connaître la vérité, déclarait-il en conférence de presse, vendredi dernier, au sujet du décès de Regis Korchinski-Paquet lors d’une intervention policière à Toronto.

Il s'agit, selon lui, d'un exemple parfait où les caméras d'intervention auraient permis d'établir les faits.

Une caméra sur l'uniforme d'un policier.

Selon Charmaine Williams, les caméras d'intervention assurent un meilleur travail de la part des policiers et permettent de valider les faits lors d'une intervention.

Photo : Radio-Canada

Une mobilisation provinciale

Charmaine Williams demande au gouvernement de l'Ontario de rendre les caméras d'intervention obligatoires dans l'ensemble des services de police de la province.

L'heure du débat est terminée. Il est temps de poser des gestes concrets.

Charmaine Williams, conseillère municipale de Brampton

Les résidents que je représente voyagent dans différentes régions de l'Ontario, spécifie la conseillère municipale. Elle souhaite que les citoyens de Brampton soient servis avec respect et en toute sécurité, peu importe où ils se trouvent dans la province.

Le gouvernement de l'Ontario dit quant à lui faire confiance aux services de police pour prendre les mesures appropriées dans leurs communautés respectives.

Les services de police et les chefs de police ont le pouvoir d'utiliser les outils et les ressources qu'ils jugent nécessaires sur leur territoire, déclare Stephen Warner du bureau de la solliciteure générale, en réaction à la pétition de la conseillère de Brampton.

Charmaine Williams espère que la pétition lancée mercredi forcera le gouvernement Ford à reconnaître l'importance d'une mobilisation provinciale dans la mise en place de caméras d'intervention.

La saison estivale est à nos portes et c'est la période de l'année au cours de laquelle il y a le plus d'arrestations, s'inquiète Charmaine Williams. Nous devons nous assurer dès maintenant que nos résidents se sentent en sécurité partout.

Avec les informations d'Annie Poulin

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !