•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Livres : épidémie et maternité

Quelques suggestions de lecture en cette première fin de semaine de juin.
deux couvertures de romans.

Quelques suggestions de lecture en cette première fin de semaine de juin.

Photo : Radio-Canada / Olivia Laperrière-Roy

Deux suggestions de lecture très différentes, cette semaine. L'une traite de la maternité, l'autre de santé extrême! Au menu : Le coeur pendu de Maude Michaud et L'épidémie d'Asa Ericsdotter.


L'épidémie (Actes Sud)
Asa Ericsdotter


Voici un roman passionnant dont le titre interpelle particulièrement en cette période de notre histoire. Cependant, il ne s'agit pas ici de combattre un virus, mais bien la bêtise humaine.

Bienvenue dans la Suède de Johan Svärd, premier ministre et radical de la santé. Son programme promet d'éradiquer l'obésité et il entend bien le respecter.

La fille sur la table d'opération avait 12 ans. Rita était jalouse. Une liposuccion suivie d'une gastroplastie. Elle aurait tellement aimé pouvoir bénéficier de ces super-interventions.

Extrait du roman « L'épidémie » de Asa Ericsdotter

L'épidémie d'Asa Ericsdotter est un roman captivant qui donne froid dans le dos. L'obésité devient ici une métaphore de tout type d'exclusion.

Elle rappelle les mécanismes du totalitarisme et évoque les dérapages du siècle dernier.

L'écriture de l'écrivaine suédoise, incisive et rythmée, fait écho aux grands bouleversements de notre société. À lire !


Le coeur pendu (Libre Expression)
Maude Michaud


Après Pieds nus dans la gravelle, l'écrivaine Maude Michaud récidive avec Le coeur pendu. Ce nouveau roman nous entraîne dans l’univers d’une femme de 30 ans qui vient d’accoucher seule…

Que lui est-il arrivé? De qui, de quoi fait-elle le deuil? Comment vivre? Comment aimer? Comment ne pas être engloutie par la maternité? Voici quelque-unes de questions que pose ce roman écrit au je.

Ça faisait deux semaines que Caleb vomissait autant qu'il respirait, quand je me suis peinturé la face en clown heureux pour mon rendez-vous post-accouchement chez le médecin. Je m'étais pratiquée dans le miroir pour faire vrai...

Extrait du roman de Maude Michaud, « Le coeur pendu »

On s’enfonce avec la jeune femme dans la souffrance et on en ressort un peu plus fort.

L’écriture de Maude Michaud est simple et efficace, on a l’impression de connaître son héroïne. C’est notre amie, notre soeur, notre mère. Ça pourrait être nous.

Le coeur pendu a quelque chose de cathartique. Il rappelle qu'on on peut souffrir comme s'il n'y avait pas de lendemain et finalement, contre toute attente, s'en remettre. Très touchant.

Disponible dès le 10 juin en librairie.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !