•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L’OSM en concert jeudi : « Notre cœur se remet à battre »

Trois musiciens jouent de leur instrument en portant un masque hygiénique.

Pandémie oblige, les artistes ont enregistré devant une salle vide et en respectant les règles sanitaires.

Photo : Jean-Marc Abela

L'Orchestre symphonique de Montréal (OSM) est enfin de retour à la maison. Le déconfinement de la culture s’entame lentement, mais sûrement. Et puisqu’il est possible depuis le 1er juin de réaliser des captations de prestations musicales sans public, l'OSM n'a pas tardé à se remettre au boulot.

Avec cette répétition pour le concert de jeudi, c’est l'une des premières fois depuis 13 semaines que la musique résonne dans la Maison symphonique.

Malgré l’annulation de plus de 70 représentations en raison de la pandémie, les musiciens et musiciennes de l'OSM n'ont pas chômé au cours des dernières semaines.

Si leurs capsules et concerts virtuels ont été vus plus d'un million de fois, il n’y a rien comme remettre les pieds dans cette grande salle, où le son de la musique classique enivre habituellement des milliers de personnes.

C’est ce que confie la deuxième associée, violon solo de l’orchestre, Marianne Dugal.

On peut jouer tout seul dans son salon. Mais le vrai répertoire de violon est fait pour être joué en communauté. Aujourd'hui, c'est une petite communauté, on est seulement 15, mais c'est notre cœur d'orchestre qui se remet à battre.

Marianne Dugal

Un concert en distanciation sociale

Pandémie oblige, les artistes ont dû enregistrer leur concert devant une salle vide tout en respectant les règles sanitaires.

Et le protocole est strict. Obligation pour les musiciens et musiciennes de porter le masque – une membre de l’orchestre en a toutefois fabriqué pour tous les collègues – et de suivre les mesures de distanciation physique, ce qui signifie moins de personnes sur scène.

Un homme masqué prend la température d'une musicienne masquée à l'aide d'un thermomètre infrarouge.

Un contrôle de la température corporelle a été réalisé sur les musiciens et musiciennes de l'OSM avant leur entrée sur scène.

Photo : Radio-Canada / Nabi-Alexandre Chartier

Olivier Thouin, violon solo associé à l’OSM, soulève quant à lui que le retour sur scène ne signifie pas un retour à la normale.

On est beaucoup plus dispersés sur scène, explique-t-il. Donc ce sera une écoute complètement différente. On a dû s'adapter à cela, en répétition, beaucoup. [Il a fallu] redécouvrir notre espace, parce qu'habituellement, on joue assez groupés.

Sa collègue Marianne Dugal avoue que l’adaptation doit se faire aussi du côté de la communion et de la complicité qui se créé entre l’orchestre et le public.

On joue différemment quand on voit l'expression sur les visages, quand on fait quelque chose de beau, quand on sent, collectivement, qu'il y a 2000 personnes qui respirent avec nous. Qui vivent des émotions avec nous.

Marianne Dugal

C'est doux-amer d'être ici, sans eux, ajoute-t-elle. On est contents, mais c'est la première étape, disons.

En attendant les retrouvailles, les mélomanes pourront patienter en regardant la prestation qui sera mise en ligne sur la page Facebook et le site de l'OSM, jeudi soir.

Des œuvres de Mozart et de Dvořák seront ainsi interprétées par des musiciennes et des musiciens heureux de se retrouver, et qui proposent « un répertoire accessible à tous et à toutes ».

De son côté, le maestro Kent Nagano, qui devait diriger cette semaine le dernier concert de la saison, devra encore patienter pour faire ses adieux à Montréal, qui l’a adopté depuis sa venue en 1999.

L'OSM attend impatiemment les consignes gouvernementales afin de déterminer quand ce dernier pourra retrouver son public en salle.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Musique

Arts