•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'élan de solidarité envers les entrepreneurs noirs est-il là pour rester?

Des images superposées de produits fabriqués par des entreprises qui appartiennent à des Noirs.

De nombreux internautes font la promotion d'entrepreneurs noirs, dans la foulée des morts récentes de George Floyd, Regis Korchinski-Paquet et Breonna Taylor, entre autres.

Photo : Best Products/Instagram @ujamaabox @beautybakeriemakeup @mcbridesisters @thecarterbrand_ @nubianskin @ouithepeople @rayconglobal

Après la campagne #BlackOutTuesday qui s’est emparée des réseaux sociaux mardi, de nombreux internautes ont profité de leurs plateformes pour mettre en vitrine des restaurateurs et des entrepreneurs noirs.

La graphiste et photographe Kerin John a lancé le mois dernier une page Instagram qui répertorie et promeut ces entreprises dans le Grand Toronto. Son compte @blackowned.to est passé d’environ 300 adeptes à plus de 28 000 en deux jours.

En nous appuyant les uns les autres, nous créons plus d’opportunités, de richesse et nous bâtissons une communauté plus forte.

Kerin John, fondatrice de la page Instagram @blackowned.to
Une publication Instagram sur laquelle on voit des smoothies de différentes saveurs.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Le compte @blackowned.to a pour but de promouvoir des restaurateurs, artistes et entrepreneurs noirs du Grand Toronto.

Photo : Instagram/@blackowned.to

Embaucher une équipe diversifiée

Plus de 140 chefs d’entreprises membres du Conseil canadien des affaires, qui emploient collectivement quelque 1,7 million de personnes, ont publié une lettre ouverte pour dénoncer le racisme sous toutes ses formes.

Pour réaliser le potentiel du Canada, nous devons reconnaître nos lacunes historiques et les dures réalités auxquelles tant de gens doivent encore faire face aujourd’hui, peut-on y lire.

En tant qu’employeurs, nous valorisons et encourageons la diversité et l’inclusion dans nos entreprises et dans nos communautés. Nous appelons les autres dirigeants à faire de même afin qu’ensemble, nous puissions construire une société plus juste et équitable.

L’entrepreneure torontoise Karima-Catherine Goundiam trouve navrant qu’il ait fallu plusieurs tragédies, notamment la mort de George Floyd, pour en arriver à cet éveil collectif.

Elle espère maintenant que ce moment historique ne sera pas qu’un coup de publicité pour certaines entreprises, mais qu’elles joindront l’acte à la parole.

L’entrepreneure soutient que la diversité est nécessaire à tous les échelons d’une entreprise, y compris dans son équipe de direction.

Ça prend une intention, une volonté de mettre tous les mécanismes en place pour recruter des minorités, et pas seulement aux bas niveaux.

Karima-Catherine Goundiam, entrepreneure
Karima-Catherine Goundiam.

Karima-Catherine Goundiam a fondé deux entreprises, soit la plateforme de réseautage B2BeeMatch et la firme de stratégie numérique Red Dot Digital.

Photo : Karima-Catherine Goundiam

C'est du pain béni ce qu'on est en train de vivre. On a vraiment la capacité de changer la société pour le meilleur, affirme Mme Goundiam.

Le chef cuisinier Guy Dongué, lui, est fier d’embaucher de nouveaux arrivants au sein de son entreprise Kids Cuisine Santé. Son service de traiteur vend normalement des repas faits maison et les distribue auprès de milliers d’élèves du Grand Toronto.

Ses plans ont toutefois radicalement changé en raison de la pandémie de COVID-19, parce que les écoles ontariennes resteront fermées jusqu’à l’automne. Son réflexe a été d’aider la communauté en offrant des repas chauds aux plus démunis au Centre francophone du Grand Toronto.

Le chef Guy Dongué pose avec une assiette de poulet DG.

Le chef Guy Dongué met la main à la pâte durant la pandémie.

Photo : Radio-Canada / Jonathan Bouchard

Saveur du moment?

M. Dongué se réjouit de voir un nouvel enthousiasme pour l’entrepreneuriat noir, mais il estime que cette tendance sera éphémère, tout comme les plateformes sur lesquelles elle a pris forme. Après deux, trois mois, on n'en parlera plus, croit-il.

Je pense que c'est la saveur du moment. Pour que ça reste, il y a tout un travail à faire derrière.

Guy Dongué, fondateur de Kids Cuisine Santé

Chúk Odenigbo, entrepreneur de la région d'Ottawa, abonde dans le même sens. Il estime que les gens doivent trouver des manières durables et authentiques de soutenir ces commerces, en fonction de leurs moyens.

Ça va pas durer, parce qu'il y a toujours une autre communauté à soutenir. Par exemple, avec la COVID-19, beaucoup de commerces asiatiques ont souffert, souligne-t-il.

Chúk Odenigbo, qui tient un micro, devant une carte du monde.

Chúk Odenigbo, entrepreneur de la région d'Ottawa et directeur de Future Ancestors Services.

Photo : Chúk Odenigbo

En plus d'embaucher davantage de personnes noires, les employeurs devraient suivre des formations antiracisme et en offrir auprès de leur équipe, estime M. Odenigbo.

Guy Dongué ajoute qu’améliorer le sort des entrepreneurs noirs – et de la communauté tout entière – passe aussi par leur implication. Il faut, selon lui, encourager les jeunes à s’engager en politique, en affaires, dans la police et dans d’autres instances décisionnelles.

Du moment où on est absent, c'est clair qu'on va toujours subir, affirme M. Dongué. Lorsqu’on s'assoit à ces tables, on porte une voix.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Toronto

Entrepreneuriat