•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Google visée par un recours collectif de 5 G$ pour avoir collecté des données en douce

Une illustration de logos Google Chrome, de boucliers et de cadenas, représentant la sécurité de la navigation.

Le recours collectif concerne le mode incognito du navigateur Chrome.

Photo : Capture d'écran - blog.google.com

Radio-Canada

Un recours collectif de 5 G$ a été déposé mardi en Californie contre Google. On y accuse le géant du web d’envahir illégalement la vie privée de millions d’utilisateurs et utilisatrices en collectant des données sur leur activité en ligne pendant leur navigation en mode incognito sur Chrome.

La poursuite allègue que Google collecte des données des gens qui naviguent en mode incognito, notamment par l’entremise de son outil d’analyse Google Analytics et de sa plateforme de gestion de publicités Google Ad Manager.

D’après le recours collectif, cela se fait à l’insu des utilisateurs et utilisatrices puisque les sites web ne sont pas tenus d’informer le public que Google recueille ces données.

Google récupère des données, indépendamment du fait que l'utilisateur clique ou non sur une publicité propulsée par Google. Or, des milliards de fois par jour, des ordinateurs du monde entier envoient en temps réel des données sur les communications en ligne de millions de personnes à Google, peut-on lire dans les documents de cour.

Les pratiques de Google portent atteinte à la vie privée des utilisateurs; trompent intentionnellement les consommateurs; permettent à Google et à ses employés de connaître des détails intimes de la vie des individus, de leurs intérêts et de leur utilisation d'Internet, et font de Google un "guichet unique" pour tout acteur gouvernemental, privé ou criminel qui souhaite porter atteinte à la vie privée, à la sécurité ou à la liberté des individus, précise-t-on aussi dans les documents.

Toute personne habitant en Californie ayant accédé à un site web qui transmet des données à Google à partir du mode incognito du navigateur Chrome depuis le 1er juin 2016 pourrait recevoir une compensation. La partie plaignante sollicite un dédommagement minimal de 5000 $ pour chaque personne touchée, en vertu de la loi fédérale sur l’écoute électronique et la loi californienne sur la protection de la vie privée.

Google rejette les accusations

L’entreprise derrière Chrome entend se défendre « vigoureusement » contre les accusations, comme l'a mentionné son porte-parole Jose Castaneda à Reuters.

Nous l’expliquons très clairement chaque fois que vous ouvrez un onglet incognito : les sites web pourraient collecter des informations sur vos activités de navigation, dit-il.

En effet, lorsqu’on ouvre un onglet incognito sur Chrome, un message expliquant que notre activité en ligne peut rester visible par les sites web que l’on consulte, notre employeur ou notre établissement scolaire et notre fournisseur d’accès à Internet apparaît.

Il s’agit de la seconde poursuite visant Google à être déposée aux États-Unis dans la dernière semaine. Le 28 mai, l'Arizona a intenté une procédure contre le géant de la recherche en ligne, l'accusant d'avoir collecté des données de géolocalisation que ses utilisateurs et utilisatrices ne voulaient pas fournir.

Avec les informations de Reuters, et ZDNet

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !