•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Bientôt des trottinettes électriques en libre-service à Ottawa

Une femme portant des chaussures à talons conduit une trottinette électrique sur une rue.

Les trottinettes électriques de l'entreprise canadienne Bird.

Photo : Associated Press / Amanda Morris

Alors que les Montréalais en seront privés cette année, les Ottaviens de 16 ans et plus pourront profiter de trottinettes électriques en libre-service dans leur ville jusqu'à la fin du mois d'octobre 2020.

Ce sont 600 trottinettes électriques qui seront disposées dans le centre-ville. Les usagers pourront circuler dans les rues dont la limite de vitesse ne dépasse pas 50 km/h. Ils pourront aussi emprunter le réseau des pistes multi-usages, mais ne pourront pas circuler sur les trottoirs.

Le Comité des transports de la Ville d'Ottawa a approuvé, mercredi, un projet pilote sur leur usage. Ce dernier est renouvelable, et ce, pendant quatre années. Le projet pilote devra toutefois être soumis au vote du conseil municipal, le 10 juin.

Le conseiller municipal du quartier Rideau-Vanier, Mathieu Fleury, a fait part de certaines réserves, parmi lesquelles le fait que les trottinettes peuvent être abandonnées n'importe où sur les trottoirs et qu'en temps de pandémie, les usagers pourraient ne pas prendre les mesures d'hygiène attendues.

La saison touristique s'annonçant morose du fait de la pandémie de COVID-19, il craint que les trottinettes électriques ne trouvent pas vraiment preneurs cette année. Je pense que l’opportunité réelle sera quand la seconde étape du train léger sera terminée, juge le conseiller.

Le conseiller municipal du quartier Rideau-Vanier en entrevue à Radio-Canada.

Même si Mathieu Fleury a quelques réticences vis-à-vis de la mise en service de trottinettes électriques, il y voit un avantage pour la mobilité des résidents.

Photo : Radio-Canada

Une expérience soldée par un échec à Montréal

Bien qu'elles soient moins énergivores que la voiture et qu'elles permettent de parcourir rapidement quelques kilomètres dans une ville congestionnée et de respecter la distanciation physique, les trottinettes peuvent représenter un obstacle pour les piétons et un danger pour les personnes handicapées, si elles sont abandonnées sur les trottoirs.

C'est entre autres choses ce que Montréal a vécu. L'année dernière, 8 trottinettes sur 10 n'étaient pas stationnées aux endroits permis. Bien que plus de 220 000 déplacements en trottinettes électriques aient été faits l’été dernier, l'expérience montréalaise s'est soldée par un échec.

On ne peut pas comme Ville mettre une police derrière chaque trottinette. Nous devons faire le constat que l'industrie n'est pas prête, avait alors déclaré Éric Alan Caldwell, responsable de la mobilité au comité exécutif de la Ville de Montréal.

Selon un bilan de la métropole québécoise datant du 19 février 2020, 110 constats d'infraction ont été donnés aux exploitants pour des trottinettes et des vélos mal stationnés et 333 constats d'infraction pour le non-respect du Code de la sécurité routière, principalement concernant le port du casque. De plus, la cohabitation a parfois été difficile avec les piétons dans les secteurs piétonniers denses.

Des habitudes différentes à Ottawa, selon Fleury

À Montréal, ils ont leur propre particularité. Le programme Bixi a très bien fonctionné à Montréal, il n’a pas du tout fonctionné dans la capitale nationale. Tout dépend des habitudes des gens, souligne toutefois M. Fleury.

Ottawa ne fera pas les mêmes erreurs, assure aussi Vivi Chi, gestionnaire du transport à la Ville. Elle offrira beaucoup plus d'emplacements pour laisser les trottinettes. Il faut que ce soit facile pour les utilisateurs, moins restrictif, affirme Mme Chi.

Ailleurs au Canada, les trottinettes électriques sont de retour à Calgary et à Edmonton, en Alberta. En janvier dernier, le gouvernement de l'Ontario avait lancé un projet pilote quinquennal sur les trottinettes électriques.

La réglementation provinciale prévoit que :

  • Les usagers doivent avoir au moins 16 ans
  • La limite de vitesse est fixée à 24 km/h
  • Les trottinettes électriques doivent être équipées d'une sonnette, d'un frein et de phares
  • Le port du casque est obligatoire pour les moins de 18 ans
  • Une seule personne par trottinette
  • Les paniers sont interdits
  • Les municipalités doivent transmettre les données relatives à la sécurité au gouvernement ontarien


Source : Ville d'Ottawa

Pas de trottinettes à Gatineau

De l'autre côté de la rivière des Outaouais, la Ville de Gatineau n'a pas priorisé ce dossier cette année. Nous avons eu des discussions en 2019-début 2020 sur l’idée de mettre de l’avant un projet pilote en 2020, en même temps que la Ville d’Ottawa, a fait savoir Audrey Bureau, conseillère municipale du district d'Aylmer dans un courriel adressé à Radio-Canada.

Cependant, les délais étaient très serrés, compte tenu d’une démarche d’approbation nécessaire auprès du gouvernement du Québec, a-t-elle précisé. Nous demeurons cependant attentifs aux résultats qu’obtiennent les autres villes avec le déploiement de ces trottinettes électriques afin d’évaluer si nous irons de l’avant avec un projet pilote dans les prochaines années.

La Ville d'Ottawa n'exclut pas une coordination avec la Commission de la capitale nationale et la Ville de Gatineau si la période d'essai s'avère concluante.

Avec les informations de Stéphane Leclerc, Gilles Taillon et Nathalie Tremblay

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Ottawa-Gatineau

Transports