•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un appel à la mobilisation contre un tracé d'Hydro-Québec à Thetford Mines

Le maire debout devant une affiche présentant les tracés proposés pour la ligne électrique Appalaches-Maine d'Hydro-Québec.

Le maire de Thetford Mines, Marc-Alexandre Brousseau, désigne le tracé proposé par les élus pour la ligne électrique Appalaches-Maine.

Photo : Radio-Canada / Jean-François Dumas

Radio-Canada

Les élus de Thetford Mines exhortent les résidents à participer activement à la consultation virtuelle menée actuellement par Hydro-Québec en ce qui concerne son projet d'interconnexion Appalaches-Maine.

Le projet a pour but de construire une ligne de transport d’électricité d'environ 100 km entre le poste des Appalaches de Saint‑Adrien‑d’Irlande et un point de raccordement à la frontière entre le Québec et le Maine.

Les élus déplorent que la consultation virtuelle en cours porte uniquement sur la variante de tracé qu'ils ont proposée à Hydro-Québec. Ce tracé, qui passerait près d'une ancienne installation minière, minimiserait, selon eux, les répercussions sur les milieux habités.

Pour le maire de Thetford Mines, Marc-Alexandre Brousseau, il serait important que la population puisse aussi se prononcer sur le tracé initial présenté par Hydro-Québec. Les résidents pourraient ainsi démontrer à la société d’État qu'elle rejette fermement ce premier tracé.

Selon Marc-Alexandre Brousseau, cette proposition toucherait notamment des milieux résidentiels actuels et futurs sans raison valable. C’est vraiment incroyable qu’Hydro-Québec ait même pu penser à faire passer la ligne où elle voulait le faire au départ, regrette le maire. Selon lui, sa population n’est pas trop au courant de ce qui se passe et c’est pourquoi il travaille à mobiliser les citoyens de Thetford Mines.

Hydro-Québec maintient qu'elle reste à l'écoute de la population dans ce dossier et rappelle que plusieurs dizaines de rencontres ont déjà été tenues l'an dernier concernant son tracé initial.

Le porte-parole d'Hydro-Québec Maxence Huard-Lefebvre assure que, si la société d’État reçoit un message de la population en faveur de la variante de tracé, on ne fera pas la sourde oreille, bien entendu. Il soutient toutefois qu’il sera essentiel de rencontrer ces citoyens pour ne pas présumer de ce qu’ils ont ou n’ont pas à dire.

La consultation virtuelle se termine le 30 juin. Les audiences du Bureau d'audiences publiques sur l'environnement (BAPE) doivent avoir lieu cet été.

Hydro-Québec espère entreprendre les travaux de déboisement à l'hiver 2021 et effectuer la mise en service à la fin de 2022.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Estrie

Environnement