•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un Britanno-Colombien refoulé à l'entrée à l’Île-du-Prince-Édouard

Kaden Webb devant une rivière et une montagne.

Kaden Webb souhaite s'installer sur l'Île-du-Prince-Édouard, où il possède une terre.

Photo : Courtoisie de Kaden Webb

Radio-Canada

Un homme de 33 ans qui a quitté la Colombie-Britannique pour l’Île-du-Prince-Édouard en raison du prix trop élevé des logements dans le Grand Vancouver, a été forcé de rebrousser chemin en arrivant au pont de la Confédération, même s’il possède un terrain dans la province insulaire.

Kaden Webb a commencé sa traversée du Canada d’ouest en est il y a plus de deux semaines en autocaravane, envisageant de se bâtir une maison sur une terre de plus de 4 hectares qu’il a récemment achetée avec l’aide de son père.

Il a décrit son voyage comme agréable et calme, sans problème particulier jusqu’à ce qu’il soit arrêté à la frontière entre le Québec et le Nouveau-Brunswick, le mercredi 27 mai.

M. Webb a expliqué à des représentants du Nouveau-Brunswick son intention de s'installer à l’Île-du-Prince-Édouard et leur a montré comme preuve son acte de propriété.

On l’a laissé passer, en lui disant que, s’il ne se rendait pas sur l’île, pour une raison ou une autre, il aurait à se placer en auto-isolement pendant 14 jours au Nouveau-Brunswick.

Empêché de traverser le pont de la Confédération

Le lendemain, Kaden Webb se présentait au pont de la Confédération et a montré son acte de propriété aux agents de l’Île-du-Prince-Édouard, où il est interdit d'entrer pour tout voyage non essentiel, sauf exception.

On lui en a tout de même refusé l’entrée, arguant qu’il n’avait pas pu démontrer qu’il avait vendu une propriété dans une autre province, ce qui est exigé par les règles liées aux restrictions de voyage.

Je n’ai jamais possédé de maison en Colombie-Britannique, dit Kaden Webb, ajoutant qu’il n’avait pas non plus de preuve d’annulation de bail.

Dernièrement, sans emploi et n'ayant pas les moyens de payer un loyer, le jeune homme dormait dans son véhicule ou chez des proches.

Il affirme qu’on a menacé de l’arrêter s’il ne quittait pas les lieux immédiatement.

De retour au Nouveau-Brunswick, les choses ne sont pas améliorées, raconte Kaden Webb : Il y avait plusieurs agents qui m’attendaient de l’autre côté du pont.

Ils m’ont dit qu’ils allaient m’arrêter et mettre mon chien dans un refuge, même si je leur ai dit qu’il me servait de soutien émotionnel, ajoute-t-il.

Des voitures sortent d'un point, et un panneau lumineux indique qu'un point de contrôle est en place plus loin en raison de la COVID-19.

Kaden Webb s'est rendu jusqu'au point de contrôle fixé par l'Île-du-Prince-Édouard sur le pont de la Confédération.

Photo : Brian McInnis/CBC

Kaden Webb affirme qu’on lui a demandé de quitter rapidement la province, sous peine d'une amende de plusieurs milliers de dollars.

Le Nouveau-Brunswick interdit aussi les voyages non essentiels interprovinciaux.

Vendredi, M. Webb n'avait toujours pas quitté la province, se disant trop fatigué pour reprendre la route.

Réponse de l’Île-du-Prince-Édouard

Une porte-parole de la Sécurité publique de l’Île-du-Prince-Édouard, Vicki Tse, indique que la province doit traiter un grand nombre de requêtes de la part de personnes qui souhaitent bénéficier des exceptions à la restriction des voyages non essentiels.

Kaden Webb a bon espoir que son cas sera réévalué. Il affirme être en contact depuis le mois de mars, par courriel, avec l’Organisation des mesures d’urgence, qui coordonne les mesures en lien avec l’état d’urgence dans la province.

Il n’a toujours pas obtenu d’autorisation écrite de leur part, un document qu’il doit présenter au point d’entrée de la province.

Vicki Tse conseille à toute personne dans une situation similaire de tenter à nouveau sa chance en passant par les voies régulières, selon la procédure officielle.

D’après un texte de Rachel Cave

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Colombie-Britannique et Yukon

Politique provinciale