•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le procès de Minassian pour l'attaque au camion-bélier de Toronto débutera en novembre

Dessin de cour d'Alek Minassian portant une tenue de prisonnier orange.

L'accusé Alek Minassian lors de sa comparution par vidéoconférence, le 10 avril.

Photo : CBC/Pam Davies

Jean-Philippe Nadeau

Le procès pour meurtre d'Alek Minassian, accusé d'avoir commis l'attaque au camion-bélier de la rue Yonge en 2018, débutera le 9 novembre 2020.

Le procès devant la juge seule devait initialement avoir lieu le 6 avril, mais il a été reporté en raison de la pandémie de COVID-19.

Alek Minassian fait face à 10 accusations de meurtre prémédité et 16 de tentative de meurtre pour le carnage commis le 23 avril 2018 à bord d'une fourgonnette de location.

En détention depuis son arrestation, Alex Minassian a déjà avoué son crime, comme l’ont révélé des documents de cour qui ne font plus l’objet d’un interdit de publication depuis septembre 2019.

Un homme menotté dans un poste de police

Alek Minassian à son arrivée au poste de police l'après-midi du 23 avril 2018 à Toronto.

Photo : Courtoisie

Aucun des faits reprochés n'a toutefois été prouvé devant les tribunaux.

L'homme de 27 ans avait ainsi révélé à la police qu'il appartenait à un groupe d'hommes frustrés qui n'arrivent pas à perdre leur virginité, les Incels, qui est l'abréviation anglaise d'abstinents involontaires.

Alek Minassian a déclaré qu'il avait planifié l'attaque au camion-bélier un mois à l'avance et qu'il avait loué à Toronto une fourgonnette pour parvenir à ses fins.

Un véhicule accidenté avec des policiers autour

Des policiers sur la scène du drame, peu après l'attaque au camion-bélier

Photo : La Presse canadienne / Aaron Vincent Elkaim

Il avait même avoué s'être inspiré de l'Américain Elliott Rodgers, le fondateur présumé du mouvement des Incels, qui a commis le même genre d'attaque sur un campus de Santa Barbara, en Californie, en 2014.

La juge Ann Molloy a déjà averti l'an dernier que le procès porterait davantage sur l'état d'esprit de l'individu au moment de l'attaque que sur sa responsabilité criminelle.

Seuls les rapports d'évaluation psychiatrique demeurent pour l'instant confidentiels et on ignore toujours si la défense va plaider la non-responsabilité criminelle.

Boris Bytensky entouré des caméras et des micros de journalistes

L'avocat d'Alek Minassian, Boris Bytensky, en mêlée de presse

Photo : Radio-Canada

Dans un courriel, l'avocat du prévenu, Boris Bytensky, n'a pas voulu parler de la santé de son client depuis qu'il est en détention. On s'attend à ce que le procès dure de 6 à 8 semaines.

La liste des témoins à citer à la barre reste inconnue dans la mesure où la province a sursis à l'enquête préliminaire six mois après l'attaque.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Procès et poursuites

Justice et faits divers