•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La saison touristique annulée du Bella Desgagnés se répercute sur les entreprises locales

La passerelle est sortie.

Le Bella Desgagnés ne s'amarrera pas au quai des croisières de Sept-Îles cette année (archives).

Photo : Radio-Canada / Nicolas Lachapelle

Radio-Canada

Les touristes qui souhaitent visiter la Basse-Côte-Nord et l’île d’Anticosti cet été devront se déplacer en avion.

Lundi, la compagnie Relais Nordik, qui opère la desserte maritime de la Basse-Côte-Nord et de l’île d’Anticosti a décidé d'annuler sa saison touristique à la suite de l’annonce de ministre du Transport du Canada, Marc Garneau, d’interdire le transport de plus de 100 passagers à bord des navires de croisière dans les eaux canadiennes.

L’annulation de la saison touristique du Bella Desgagnés aura des impacts importants sur les entreprises touristiques et les sites d'hébergement de la région.

Par exemple, la Coopérative de solidarité en tourisme équitable Voyages COSTE voit 60 % de son chiffre d’affaires s’envoler avec l’annulation des voyages en bateau, indique l’administratrice de l'entreprise, Nicole Caron.

C’est une annonce qui fait mal à la région.

Nicole Caron, administratrice Voyages COSTE

Le chiffre d’affaires de COSTE est composé d’environ 60 % de ventes de croisières sur le Bella Desgagnés et d'excursions terrestres qui sont faites dans les ports d’escale par des locaux de la Basse-Côte-Nord pour faire découvrir leurs communautés, alors ça nous touche énormément, explique Mme Caron.

Tous les employés mis à pied en début de pandémie ont cependant été réembauchés chez Voyages COSTE. Ils s’affairent ces jours-ci à effectuer les remboursements des forfaits qui avaient déjà été réservés.

Un autre transporteur annule sa saison

L'entreprise Croisières Anticosti, qui offre habituellement un service de navette entre l'île d'Anticosti et le village de Rivière-Saint-Jean en bateau pneumatique, suspend aussi ses activités pour l'ensemble de la saison estivale.

Selon son propriétaire, Renaud Parisée, les mesures de distanciation sociale imposées par le gouvernement du Québec pour contrer la propagation du nouveau coronavirus expliquent cette décision.

Le camping municipal pourrait être vide à Anticosti

Le camping municipal de L'Île-d’Anticosti pourrait aussi être désert cette année. Même si l'île est officiellement déconfinée, sans le transport de touristes sur le Bella Desgagnés, elle demeure en partie isolée. Le bateau est le moyen de transport privilégié des campeurs, explique le maire John Pineault.

Selon lui, l'absence de desserte maritime pour les passagers limitera considérablement l'achalandage sur l'île, qui n'est accessible que par avion jusqu'à nouvel ordre.

Nous on avait toujours des touristes, une petite communauté d'artistes qui venaient l'été. Notre camping municipal était pratiquement tout le temps occupé. C'est des gens qui ne voulaient pas ou qui n’avaient pas les moyens d'acheter des forfaits [par avion] pour venir à l'île, indique le maire Pineault.

Trois cetfs dans l'herbe sur l'île d'Anticosti

Les cerfs risquent d'avoir le champ libre cet été sur le terrain de camping de l'île d'Anticosti (archives).

Photo : Radio-Canada / Marc-Antoine Mageau

De plus, l'entreprise Croisières Anticosti, qui offre habituellement un service de navette entre l'île d'Anticosti et le village de Rivière-Saint-Jean en bateau pneumatique, suspend aussi ses activités pour l'ensemble de la saison estivale. L'entreprise juge que les mesures de distanciation sociale imposées par le gouvernement en raison de la pandémie sont trop contraignantes pour assurer des opérations sans anicroche.

Relais Nordik toujours en discussion avec la santé publique

Par ailleurs, le président-directeur général de l'entreprise, Francis Roy, indique que cette situation entraîne d'importantes pertes financières, ainsi que plusieurs mises à pied.

Je pense à nos employés qui travaillent d’arrache-pied pour donner un bon service à la clientèle. Malheureusement, ces employés-là n’auront pas d’emploi cet été, c’est bien certain que pour eux l’impact est immense, affirme M. Roy.

Francis Roy explique que des discussions sont en cours pour voir de quelle façon il sera possible d’assurer le transport des résidents de la Basse-Côte-Nord et de l’île d’Anticosti.

On doit avoir les autorisations de la santé publique et s’entendre avec le gouvernement des risques qu’on doit prendre là-dessus. Parce que nous le grand défi qu’on a mis de l’avant depuis le début, c’est vraiment de préserver le service de transport de marchandises qui est essentiel pour les gens de la Basse-Côte-Nord et de l’île d’Anticosti, raconte le président-directeur général.

Une contamination au sein de l’équipage pourrait obliger de tenir le navire à quai et ainsi compromettre l’approvisionnement en nourriture de la Basse-Côte-Nord.

Avec des informations de Marc-Antoine Mageau

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Côte-Nord

Tourisme