•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Sauvegarde du patrimoine : Québec manque à ses devoirs

En matière de protection du patrimoine, dit Guylaine Leclerc, le gouvernement s’est déchargé de ses responsabilités sur les municipalités et n'a ni accompagné ni encadré ces dernières.

Villa Livernois, arrondissement les Rivières

La Villa Livernois était un rare exemple de l'architecture néo-Renaissance italienne à Québec.

Photo : Courtoisie, Ville de Québec / Ville de Québec

La vérificatrice générale du Québec blâme sévèrement le ministère de la Culture et des Communications (MCC) pour son manque de leadership en gestion du patrimoine immobilier. Dans un rapport déposé mercredi, Guylaine Leclerc cible aussi des « zones à risques » dans la gestion des données personnelles à la Régie de l’assurance maladie du Québec (RAMQ) et à Retraite Québec.

Il n’y a pas de stratégie d’intervention en matière de patrimoine immobilier, selon le rapport, qui note également une absence de vision et de résultats à atteindre.

Conséquemment, les interventions du Québec sont « insuffisantes », « manquent de cohérence » et adoptent une position « réactive », soit en attente des propositions pour protéger (par le biais du classement) certains immeubles.

Dans ce contexte, le MCC est incapable d’assumer ses responsabilités pour protéger les édifices patrimoniaux. Résultat : les villes et les propriétaires d’immeubles historiques sont laissés à eux-mêmes, souvent sans l’expertise ou les ressources nécessaires pour en assurer la sauvegarde.

Villes et villages négligés

Depuis l’adoption de la Loi sur le patrimoine culturel en 2012, les municipalités sont dotées de pouvoirs importants pour la protection du patrimoine, mais sans obligation légale.

Comme le revenu des villes dépend de l’impôt foncier, plusieurs sont tentées d’autoriser la démolition d’édifices historiques au profit d’un développement ayant un plus grand potentiel de taxation.

La tentation est d’autant plus grande que des localités estiment ne pas avoir les ressources ou l’expertise pour assurer la sauvegarde.

Guylaine Leclerc signale par ailleurs que 80 % des municipalités mentionnent n’avoir reçu aucune communication du MCC en lien avec une vision du patrimoine immobilier.

Le programme visant l’embauche d’agents de développement annoncé en décembre 2019 par la ministre Nathalie Roy a des visées « louables », mais il demeure temporaire et son efficacité est « incertaine », selon la vérificatrice.

Plan rapproché de Mme Leclerc.

La vérificatrice générale Guylaine Leclerc a déposé mercredi son rapport à l'Assemblée nationale du Québec.

Photo : Radio-Canada / Sylvain Roy Roussel

Par voie de communiqué, la ministre Roy, qui est en poste depuis octobre 2018, a commenté les constats faits dans le rapport en rejetant le blâme sur ses prédécesseurs.

Le député solidaire de Rosemont, Vincent Marissal, retient du rapport qu'il est plus que temps de donner un important coup de barre pour ne plus voir le patrimoine bâti s'écrouler sous les pics des démolisseurs.

La porte-parole péquiste en culture, la députée Méganne Perry Melançon, a regretté le manque d'incitatifs financiers offerts aux municipalités pour préserver les édifices ayant une valeur patrimoniale.

Des problèmes récurrents...

Héritage Montréal a pour sa part salué la publication du rapport, alors que le patrimoine connaît de nombreuses pertes et incertitudes et que le Québec fera face à un important défi de relance économique et sociale [...].

Depuis près de 40 ans, Héritage Montréal demande un tel leadership par une véritable politique gouvernementale du patrimoine pour le Québec. Il faut une vision d’ensemble, à long terme, pour cesser de traiter le patrimoine une crise à la fois.

Héritage Montréal

Il y a plus d'une décennie, la Fédération Histoire Québec (FHQ) affirmait qu'elle avait recommandé au gouvernement de mieux accompagner les municipalités, notamment par une collaboration avec le milieu associatif en patrimoine. Le rapport de la vérificatrice confirme le bien-fondé de ces recommandations, dit en substance le président de la FHQ, Richard M. Bégin.

En fait, l'audit de la vérificatrice est si accablant pour le ministère que le seul point positif qu'il comporte est de donner un aperçu complet du problème, selon Charles Breton-Demeule. En entrevue au 15-18, ce doctorant en droit à l'Université Laval a expliqué que, pour régler ces problèmes récurrents, il ne suffira pas d'injecter de l'argent.

Il faut des orientations claires de la part du gouvernement [...], plus de ressources en patrimoine et, donc, des employés, a dit M. Breton-Demeule. Et il faut rendre la loi plus claire.

Les propriétaires eux aussi négligés

Outils et soutien manquent aux acquéreurs d’immeubles protégés. Plusieurs ne peuvent compter sur aucun plan de conservation, selon Guylaine Leclerc.

Cela représente un véritable casse-tête pour les propriétaires qui doivent demander des autorisations de travaux de rénovation ou d’entretien.

Pour ce qui est de l’aide financière, la vérificatrice générale estime que le MCC manque d’information pour tracer un bilan adéquat. Les données actuelles suggèrent que « l'objectif de certains programmes n’a pas été atteint ».

Le rapport déplore par ailleurs les ratés du processus de classement qui vise à protéger les biens patrimoniaux. Il observe aussi que le classement « ne fait pas l’objet d’un traitement diligent et équitable ».

Non seulement le cadre d’évaluation des classements est-il incomplet, mais il dépend d’analyses de « qualité variable et peu documentées ».

Qui plus est, environ 20 % des propositions sont toujours en traitement depuis plus de 10 ans. Seul le quart est traité en moins d’un an.

Guylaine Leclerc reproche au ministère de ne pas être proactif et de ne pas réfléchir à la protection des immeubles pour les générations futures : Ne pensons qu’à la basilique Notre-Dame, à Montréal, qui n’est pas classée.

Enfin, Guylaine Leclerc estime que l’État québécois ne donne pas l’exemple : Des immeubles du gouvernement sont laissés vacants depuis de nombreuses années et, dans certains cas, le gouvernement lui-même ne respecte pas la loi.

La vérificatrice observe par exemple que des travaux ont été réalisés sur des immeubles classés sans l'autorisation du MCC. D’autres édifices ont été négligés, comme l’ancienne centrale hydroélectrique des Cèdres ou l’ancienne École des beaux-arts de Montréal.

Le rapport formule neuf recommandations à l'intention du gouvernement, dont l’élaboration d’une stratégie d’intervention en matière de sauvegarde et de valorisation du patrimoine immobilier.

Accès privilégiés et honnêteté

Dans un autre domaine, celui de la protection des données confidentielles, Guylaine Leclerc s'est intéressée à la RAMQ et à Retraite Québec, qui en possèdent un grand volume.

La vérificatrice leur recommande d'améliorer les contrôles et les mesures de sécurité. Car, tant pour la RAMQ que pour Retraite Québec, il y a des « zones à risques ».

Dans un premier temps, a expliqué Mme Leclerc, nous avons constaté que la RAMQ et Retraite Québec ne contrôlent pas assez les activités du personnel ayant des accès privilégiés. En s'assurant de l'honnêteté de ces personnes par la vérification de leurs antécédents judiciaires, par exemple.

Dans un deuxième temps, la supervision doit être renforcée lorsque le personnel ayant des accès privilégiés télécharge des données confidentielles, dit Mme Leclerc.

À la question de savoir si elles pourraient faire l’objet d’un vol de données semblable à celui dont a été victime Desjardins, la vérificatrice a répondu que le risque zéro n’existait pas. Cela dit, son enquête auprès de la RAMQ et de Retraite Québec ne lui a permis d'identifier aucune activité frauduleuse.

Mais il n'en reste pas moins que la RAMQ et Retraite Québec n'ont pas d'indicateurs de gestion leur permettant d'identifier les situations à risques et d'assurer le suivi de celles-ci.

C'est comme si on avait une porte qui demeurait débarrée. Donc, il y a des risques.

Guylaine Leclerc, vérificatrice générale du Québec

Le président du Conseil du Trésor, Christian Dubé, a accueilli favorablement le rapport, jugeant totalement inacceptable d'apprendre notamment que des employés retraités de la RAMQ continuaient d'avoir accès aux données.

Contrats mal évalués aux Transports

Pour ce qui est du ministère des Transports, la vérificatrice revient une fois de plus à la charge pour relater des ratés dans sa gestion des contrats.

Elle note l'importante pénurie d'ingénieurs au ministère, de même que le manque de rigueur dans l'estimation des coûts des travaux à effectuer.

Ainsi, a-t-elle constaté, près de la moitié (44 %) des contrats de construction octroyés ont été surévalués ou sous-évalués de 10 % ou plus.

Avec les informations de La Presse canadienne

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Politique provinciale

Politique