•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'Ontario prolonge l'état d'urgence jusqu'au 30 juin

Le premier ministre de l'Ontario, Doug Ford.

Le premier ministre de l'Ontario, Doug Ford.

Photo : La Presse canadienne / Frank Gunn

Radio-Canada

L'Assemblée législative de l'Ontario a voté mardi la prolongation de l'état d'urgence de 28 jours supplémentaires.

Les députés permettent ainsi au gouvernement de maintenir en vigueur les décrets d'urgence qui ont été émis jusqu'ici, dont l'interdiction des rassemblements de plus de cinq personnes si elles ne font pas partie du même ménage.

Ce vote maintient également la fermeture de certaines entreprises telles que les restaurants et les bars, sauf si elles proposent des plats à emporter ou des livraisons.

Cette décision vise à appuyer les efforts du gouvernement pour lutter contre la pandémie de COVID-19 et à protéger la santé et la sécurité de la population, soutient le gouvernement, dans un communiqué.

L'Ontario a déclaré l'état d'urgence le 17 mars, alors que les cas de COVID-19 commençaient à grimper.

La province a ensuite prolongé l'état d'urgence à plusieurs reprises. Ce dernier devait prendre fin le 2 juin, avant le vote de mardi.

Au 30 juin, l'état d'urgence aura alors été maintenu pendant 105 jours. Il pourrait être prolongé une fois de plus, avec l'approbation des députés provinciaux, indique le communiqué.

La réouverture de l'économie ne sera pas suspendue

Alors que l'Ontario applique depuis le 19 mai la première étape de son plan de déconfinement, qui inclut notamment la réouverture de certains magasins, Doug Ford assure que le vote de mardi n'empêchera pas nécessairement d'aborder la deuxième phase.

La prolongation ne signifie pas que la réouverture est suspendue, a-t-il fait remarquer lors d'une conférence de presse plus tôt dans la journée.

Il a mentionné une nouvelle fois l'éventualité d'établir des mesures de réouverture différentes selon les régions, alors que la plupart des nouveaux cas de COVID-19 se situent dans la région du Grand Toronto.

Nous avons besoin d'un plan qui reconnaît la réalité sur le terrain dans différentes parties de notre province - un plan qui nous aidera à rouvrir en toute sécurité sans prendre de risques inutiles, car une deuxième vague de ce virus est possible, a déclaré le premier ministre.

Réouverture contrariée par une hausse des cas

La province souhaitait avancer dans l'assouplissement des mesures de distanciation sociale au cours du mois de mai, mais une remontée du nombre de nouvelles contaminations lui a fait faire marche arrière.

Mardi, 446 infections au coronavirus ont été déclarées, portant le nombre de cas à plus de 27 000 depuis le début de la pandémie.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !