•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des milliers de manifestants ignorent les couvre-feux aux États-Unis

Des manifestants marchent sur le pont de Manhattan, à New York, en pleine nuit.

Des manifestants ont tenté de traverser le pont de Manhattan, mais ont dû rebrousser chemin devant un barrage policier.

Photo : Getty Images / Scott Heins

Radio-Canada

Des dizaines de milliers de manifestants ont ignoré les couvre-feux décrétés dans plusieurs grandes villes américaines afin de protester dans la nuit de mardi à mercredi contre la mort de George Floyd et la brutalité policière.

Pendant la journée, les manifestations se sont dans l'ensemble déroulées dans le calme, mais les autorités de plusieurs grandes villes espéraient en soirée éviter les scènes de violence survenues au cours des derniers jours.

Le couvre-feu a été défié dans plusieurs villes, dont New York, Los Angeles et Atlanta.

Plusieurs manifestants marchent dans la rue; à l'avant-plan, cinq d'entre eux portent une pancarte réclamant justice pour George Floyd.

La manifestation à Houston a rassemblé des dizaines de milliers de personnes, dont LaTonya Floyd, la soeur de George (deuxième à partir de la droite).

Photo : Associated Press / David J. Phillip

Selon CNN, dans cette dernière, les policiers et les membres de la garde nationale ont envoyé, dès le début du couvre-feu, à 21 h, des gaz lacrymogènes aux manifestants qui marchaient de façon pacifique.

À New York, où des magasins de marques de la 5e Avenue ont été pillés la veille, des milliers de personnes ont marché après le couvre-feu fixé à 20 h.

La Ville a avancé le couvre-feu, qui avait jusqu'ici été établi à 23 h, et a interdit la circulation automobile à une grande partie de Manhattan à la tombée du jour.

Des policiers sont dans les rues de New York.

Des policiers sont dans les rues de New York après le couvre-feu décrété à la suite des manifestations en mémoire de la mort de George Floyd, le 2 juin 2020.

Photo : Reuters / Brendan McDermid

Plus de 200 manifestants ont été arrêtés par la police de New York au cours de la nuit de mardi à mercredi.

Plus tôt, des milliers d'entre eux se sont agenouillés devant l'hôtel Trump International.

En soirée mardi, les autorités de Las Vegas ont affirmé qu'un policier était dans un état grave après avoir été blessé par un tir lorsqu'il tentait de réprimer des manifestants turbulents.

Selon NBC News, plus de 20 000 membres de la garde nationale sont déployés à l'échelle du pays.

Du côté de Seattle, la mairesse Jenny Durkan a autorisé la prolongation de couvre-feu entre 21 h et 5 h jusqu'au 6 juin.

À Portland, en Oregon, plusieurs centaines de manifestants se sont séparés du groupe principal pour aller affronter des policiers devant un bâtiment public abritant un commissariat et une prison de comté.

Des manifestants sont couchés au sol, les mains dans le dos.

Des manifestants contre la brutalité policière de Seattle se sont couchés au sol, le 2 juin 2020, pour une minute de silence à la mémoire de George Floyd. Les manifestants ont mimé la position dans laquelle Floyd se trouvait lorsqu’il a été arrêté par les policiers de Minneapolis.

Photo : Reuters / Lindsey Wasson

Depuis le début des manifestations quotidiennes en réaction à la mort de George Floyd, 9300 personnes ont été arrêtées dans plusieurs villes américaines, selon un décompte de l'Associated Press. Los Angeles (2700) et New York (1500) comptent le plus d'arrestations, indique l'agence de presse.

Environ 60 000 personnes se sont réunies à Houston

Pendant la journée, Houston a été l'hôte d'un des plus grands rassemblements.

Une foule nombreuse, évaluée à 60 000 personnes par le maire Sylvester Turner, a déferlé dans les rues de Houston pour rendre hommage à George Floyd, mort lors de son interpellation par la police de Minneapolis le 25 mai, et demander justice.

Aujourd'hui, ce n'est pas à propos de la mairie, c'est à propos de la famille de George Floyd, nous voulons qu'elle sache que George n'est pas mort en vain, a lancé le maire.

Le représentant républicain Will Hurd, seul représentant afro-américain de sa formation, a marché avec les manifestants.

Je veux qu'on lui rende justice parce qu'il était bon. Peu importe ce que les gens pensent, c'était quelqu'un de bien, a lancé en pleurs depuis Minneapolis Roxie Washington, mère de la fille de George Floyd.

À Washington, des milliers de protestataires se sont rassemblés dans la journée de mardi devant le parc Lafayette, d'où ils avaient été expulsés la veille par les policiers de façon musclée, même s'ils manifestaient pacifiquement, afin que le président puisse être photographié devant une église après une allocution.

Une clôture de sécurité séparent des policiers militaires gardant la Maison-Blanche des manifestants.

Des manifestants sont rassemblés devant la Maison-Blanche à Washington.

Photo : Reuters / Jim Bourg

Toujours dans la capitale américaine, plusieurs milliers de personnes, dont la sénatrice démocrate Elizabeth Warren, ont manifesté jusque tard dans la soirée, bravant le couvre-feu fixé à 19 h.

Selon le réseau CNN, l'ancien président américain Barack Obama prendra la parole mercredi soir pour discuter de l'historique de la violence policière en Amérique.

M. Obama s’était déjà exprimé, appelant les Américains à agir pour faire de ce moment le point de départ d'un véritable changement.

Pour le candidat démocrate à la Maison-Blanche, Joe Biden, le président Trump est plus préoccupé par sa réélection que par le rassemblement d'une Amérique divisée et secouée par les violences.

L'ancien président républicain George W. Bush est, lui aussi, sorti de sa réserve en critiquant les efforts visant à étouffer les manifestations.

Ceux qui ont décidé de faire taire ces voix ne comprennent pas le sens de l'Amérique ni comment elle devient un meilleur endroit, a-t-il déclaré.

Appelé à commenter la situation aux États-Unis, le premier ministre du Canada Justin Trudeau a répondu par un long silence, évitant ainsi de critiquer la réaction de Donald Trump face aux manifestations.

Avec les informations de CNN, Washington Post, et Associated Press

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Amériques

International