•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des ventes records de bateaux de plaisance en pleine pandémie

Des bateaux remisés hors de l'eau.

Les bateaux de plaisance ont la cote auprès des Britanno-Colombiens qui ont dû revoir leurs projets de vacances à cause de la COVID-19.

Photo : Radio-Canada / Martin Toulgoat

Radio-Canada

Pendant que les entreprises s’efforcent de survivre des conséquences de la pandémie, les concessionnaires de bateaux de plaisance en Colombie-Britannique se maintiennent à flot grâce à des ventes records.

Jes McFarlen, directeur des ventes à Parksville Boathouse, observe que les amateurs de bateaux recherchent des activités récréatives sécuritaires conformes aux recommandations sanitaires contre la COVID-19.

Quand son entreprise a décidé de fermer indéfiniment à cause de la pandémie, il s’est inquiété de la viabilité de son entreprise. Toutefois, le téléphone s’est mis à sonner sans arrêt et n’a pas dérougi.

M. McFarlen dit que des familles utilisent leurs économies qui seraient normalement dépensées pour des excursions pour acheter un bateau.

Les dernières semaines ont été fructueuses pour l'entreprise. D'après Jes McFarlen, les gens se sont arraché les bateaux dont les prix varient entre 5000 $ et 750 000 $.

Pour un des acheteurs, Jim Grant, il s'agit de gros bon sens. Censé visiter son fils en Californie durant l’été, il a finalement opté pour un nouveau bateau lorsque la COVID-19 a frappé les États-Unis et le Canada.

Les gens ne vont pas s’arrêter de vivre. Ils continueront d’avoir du plaisir. Ils n’auront qu’à trouver de nouvelles façons de se divertir.

Jim Grant, propriétaire d'un nouveau bateau

Certains détaillants s’inquiètent même du faible inventaire, mais l’Association des bateaux de plaisance de la Colombie-Britannique demeure optimiste. Elle estime que le bassin d’acheteurs potentiels reste limité à cause de la COVID-19.

Il y a un certain nombre d’acheteurs américains qui se procurent des bateaux au Canada. Ils viennent ici à cause de la valeur du dollar canadien et, parfois, de la qualité des embarcations, dit le président de l’association, Don Prittie.

Avec les informations d’Ethan Sawyer et d’Eric Rankin

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Colombie-Britannique et Yukon

Activités sportives