•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La Première Nation du lac Manitoba change d’avis et reporte son pow-wow annuel

Un homme vêtu d'un habit traditionnel dans sous un grand chapiteau.

Brian Pallister demande aux communautés autochtones d'éviter de tenir de grands rassemblements comme des pow-wow (archives).

Photo : Radio-Canada / Joël Fitzgerald

Radio-Canada

Après avoir affirmé la semaine dernière qu’elle tiendrait son pow-wow annuel au mois de juin malgré la pandémie, la Première Nation du lac Manitoba a décidé de reporter l’événement pour des raisons de santé publique.

Le chef de la Première Nation, Cornell McLean, et le conseil de bande avaient annoncé que l’événement se déroulerait du 19 au 21 juin. Cependant, lors d’un vote lundi, ils ont repoussé le rassemblement festif au 24, 25 et 26 juillet.

Nous ne voulions pas causer de division dans la communauté, affirme Cornell McLean. Plus de personnes voulaient que l’on aille de l’avant que le contraire, mais dans l’intérêt de la communauté nous avons décidé de reporter [le pow-wow].

50 personnes maximum

Depuis le 22 mai, le Manitoba autorise des rassemblements extérieurs pouvant atteindre 50 personnes. La semaine dernière, le chef affirmait qu’il y aurait au moins 100 danseurs, sans compter le public. Des aînés et certains membres de la communauté avaient soulevé des préoccupations en raison de directives de santé publique lorsque les dates en juin ont été annoncées.

Malgré un plan qui permettait de respecter les protocoles dictés par les autorités sanitaires provinciales, ces inquiétudes et le nombre anticipé de spectateurs ont mené au report, selon Cornell McLean.

Le pow-wow est reporté au mois de juillet, mais cela pourrait encore changer, dit-il, s'il y avait une deuxième vague de COVID-19. De plus, l’événement sera réservé à des membres de la Première Nation, pour limiter la taille des foules.

Pallister demande des clarifications d’Ottawa

La semaine dernière, le ministre des Services aux Autochtones, Marc Miller, déclarait que le Canada n’interviendrait pas dans les décisions de Premières Nations de tenir ou d’annuler leurs pow-wow.

Cependant, selon le premier ministre du Manitoba, Brian Pallister, la déclaration du fédéral contredit les directives de la santé publique de la province. En conférence de presse mardi, il a rappelé que les Premières Nations doivent se conformer aux directives de la santé publique et éviter de tenir de grands rassemblements comme des pow-wow.

Brian Pallister en conférence de presse.

Brian Pallister a réitéré que tous devaient respecter les règles de la santé publique.

Photo : Radio-Canada

Ce n’est pas un moment approprié pour cela, dit Brian Pallister. Les dispositions de la loi sur la santé publique s’appliquent à tous dans notre province, Premières Nations ou pas. Il souligne que cela n’est pas une question d’appartenance ethnique ou de couleur de peau.

La règle, c’est 50 [personnes à l’extérieur]. 50. Je répète : 50, martèle le premier ministre, en ponctuant son message de coups sur la table.

Brian Pallister a dit qu’il écrirait à son homologue du fédéral afin que ce dernier donne des directives claires à ce sujet.

Si la Première Nation du lac Manitoba a reporté son pow-wow, le chef Cornell McLean affirme que ce n’est pas des affaires du premier ministre provincial.

Lorsque nous avons eu des inondations en 2011 et en 2014, on nous a dit que nous étions une responsabilité du fédéral. Il ne peut pas dire une chose et en faire une autre, lance-t-il.

Avec les informations de Sophie Pelletier et de Nicholas Frew

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Manitoba

Autochtones