•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

7 cas de COVID-19 sont toujours actifs en Abitibi-Témiscamingue

Gros plan sur une main qui entoure au marqueur un groupe de personnes dessinées.

Plus que 7 cas sont toujours actifs dans la région. (archives)

Photo : Radio-Canada / Isabelle Plamondon

Radio-Canada

L'Abitibi-Témiscamingue ne compte plus, en date du 2 juin, que sept cas actifs de COVID-19.

En effet, 157 personnes sont maintenant considérées rétablies, sur un total de 167 cas depuis le début de la crise. En comptant les 3 décès liés au virus, il ne reste donc que 7 cas actifs.

Le nombre total de cas est stable à 167 depuis maintenant trois jours. Une personne est présentement hospitalisée à Rouyn-Noranda.

Malgré le faible nombre de cas actifs, la médecin-conseil à la santé publique Omobola Sobanjo réitère que la région ne peut toujours pas reprendre une vie normale. On ne peut pas vraiment aller plus loin à date. C'est sûr qu'on ne peut pas dire est-ce qu'à Rouyn ou en Abitibi maintenant on peut permettre tel type d'activité ou de rassemblement à l'intérieur, ce n'est pas encore le moment, dit-elle.

Comme je vous l'ai mentionné, on a encore eu des cas de transmission communautaire dernièrement, donc ça nous démontre que oui, effectivement, il y a encore des cas ici en Abitibi-Témiscamingue. Donc je pense que pour l'instant, c'est important de continuer à respecter les consignes comme il faut et de suivre la tendance, ajoute Dre Sobanjo.

Concernant les parcs qui peuvent maintenant rouvrir depuis l'annonce du gouvernement samedi dernier, la Direction de la santé publique en Abitibi-Témiscamingue spécifie qu'il faut laisser le temps aux gestionnaires de mettre en place des mesures.

Le CISSS-AT affirme également être en mesure de soutenir les entreprises qui rouvrent leurs portes. Il est possible pour la Santé publique de communiquer directement avec les entreprises, mais il existe aussi un guide sur le sujet (Nouvelle fenêtre) sur le site web de l'INSPQ, rappelle Dre Omobola Sobanjo, médecin-conseil à la santé publique.

Quant à l'annonce faite mardi avant-midi par le gouvernement Legault, qui a lancé la période de recrutement pour trouver 10 000 préposés aux bénéficiaires pour participer à une formation intensive de trois mois, la PDG du CISSS-AT, Caroline Roy, rappelle qu'il est possible d'envoyer sa candidature dès maintenant sur quebec.ca/devenirprepose (Nouvelle fenêtre).

Le programme, offert en alternance travail-études en collaboration entre le CISSS et le Centre de formation Harricana, offre une bourse de 760 $ par semaine durant la formation et assure un poste permanent à temps plein à la fin des études.

Déjà, 24 personnes auraient signalé leur intérêt. En fait, actuellement, on est en attente de la capacité de notre centre de formation pour pouvoir accueillir cette formation-là. Nous, notre besoin est bien au-delà de 100 personnes, mais on sait très bien que la capacité de formation sera limitée dans chacun des centres de formation professionnelle au Québec, souligne Caroline Roy, PDG du CISSS-AT.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Abitibi–Témiscamingue

Santé publique