•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une manifestation à Winnipeg à la mémoire de George Floyd

Un dessin de George Floyd à la craie sur le trottoir avec un bandeau Black Lives Matter et le slogan "I can't breathe".

Un dessin de George Floyd à la craie devant le palais législatif de la Saskatchewan, où a aussi eu lieu une manifestation.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Des membres de la communauté noire de Winnipeg ont décidé d'organiser une manifestation vendredi à la suite de la mort de l’Américain George Floyd à Minneapolis la semaine dernière. Ils entendent dénoncer le racisme systémique et la brutalité policière.

Selon l’organisatrice du rassemblement, Jayda Hope, le tout doit commencer à 18 h devant le palais législatif, à Winnipeg.

Cette manifestation a été créée en solidarité avec les autres protestations qui ont lieu à travers le monde dans le but de mettre en lumière le racisme et la brutalité policière dont sont victimes les personnes de couleur, explique Jayda Hope.

George Floyd, 46 ans, est mort le 25 mai après avoir été arrêté par la police. Il était accusé d’avoir tenté d’utiliser un faux billet. Les quatre policiers impliqués dans cette arrestation ont été licenciés. Celui qui aurait provoqué la mort de la victime est accusé de meurtre au troisième degré.

Cette mort, conjuguée à celles d’autres personnes noires alors qu’elles étaient entre les mains de la police, a entraîné une vague de protestation à travers les États-Unis et au-delà.

De l'espoir

Jayda Hope souhaite organiser un rassemblement pacifique à Winnipeg. Elle affirme que son appel sur les réseaux sociaux a été bien suivi.

Les gens ont répondu rapidement à notre appel, et cela me donne de l’espoir , indique-t-elle.

Comme de nombreuses personnes noires, quand je vois ou que j'entends la police, cela me rend nerveuse, décrit Jayda Hope, affirmant que des membres de sa famille ont été violentés par la police.

Le racisme existe, et il est prospère au Canada, selon cette dernière.

Manifestation avec des bons gestes

La manifestation est organisée alors que les rassemblements de plus de 50 personnes restent toujours interdits dans la province en raison de la pandémie de la COVID-19.

Les organisateurs vont rappeler aux manifestants les consignes à suivre et distribuer des masques, des gants et du gel désinfectant. Pour ceux qui ne peuvent pas se déplacer, la manifestation sera diffusée en ligne.

Nous espérons montrer à la police qu'il n'est pas nécessaire de se montrer avec de la violence, indique Jayda Hope. Nous sommes calmes, donc, tout le monde doit l’être.

La plupart des intervenants seront noirs, et il y aura aussi des membres des Premières Nations afin de renforcer les liens entre les communautés, précise Jayda Hope.

Trois Autochtones, Eisha Hudson, Jason Collins et Stewart Andrews, sont morts après avoir été atteints par des balles tirées par la police de Winnipeg en l’espace de 10 jours en avril. Le grand chef de l’Assemblée des chefs du Manitoba, Arlen Dumas, a indiqué que ces incidents ont exacerbé les tensions entre la police et les Premières Nations.

Les deux communautés espèrent pouvoir s’épauler dans ces moments difficiles.

Brian Pallister soutient la manifestation, mais n'y sera pas

Le premier ministre du Manitoba, Brian Pallister, a déclaré mardi en conférence de presse que le droit de manifester est un droit important dans une société libre, tout en insistant sur l’importance de le faire sans aucune violence. Ce que nous recherchons ici, c'est la paix, l'amour et la compréhension.

Malgré son soutien, le premier ministre n'assistera pas à la manifestation en raison de son asthme. Ayant âgé et ayant de l'asthme, je dois suivre les recommandations de mon médecin et respecter la distanciation sociale. Je serai là par la pensée et j'encourage toute personne touchée par ce sujet à saisir l'occasion de montrer, de manière sécuritaire, son soutien aux personnes de couleur.

Brian Pallister a cependant précisé que des membres de son gouvernement y seront.

Le chef de police de Winnipeg ne veut pas s'imposer

Du côté de la Ville de Winnipeg, l’adjoint au maire de la Ville de Winnipeg, Markus Chambers, et la conseillère municipale, Sherri Rollins, ont fait part de leur intention de participer à la manifestation.

Par contre, lors d’une conférence de presse mardi après-midi, des représentants de la Ville, dont le maire, ont dit qu’ils n’ont pas été invités et ne veulent pas nuire au message de la manifestation.

J’envisagerais certainement de me joindre à eux, je ne veux simplement pas m’imposer, a déclaré le chef du Service de police de Winnipeg, Danny Smyth. Des propos soutenus par le chef des pompiers, John Lane.

Le racisme est réel. Il se produit à Winnipeg. Il existe au Manitoba, a reconnu le maire de Winnipeg, Brian Bowman, lors de la conférence de presse.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Manitoba

Droits et libertés