•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un 5e résident du foyer de soins Manoir de la Vallée contracte la COVID-19

Le Manoir de la Vallée, à Atholville.

Le Manoir de la Vallée à Atholville est un foyer de soins spéciaux.

Photo : Radio-Canada / Serge Bouchard

Radio-Canada

Le gouvernement du Nouveau-Brunswick signale un nouveau cas de COVID-19, mardi. Ce dernier est lié à l'éclosion du Manoir de la Vallée, une résidence de soins de longue durée à Atholville.

Le Nouveau-Brunswick compte ainsi 13 cas actifs, tous dans la zone 5, soit la région du Restigouche. Cinq patients sont hospitalisés. L'un d’entre eux se trouve à l’unité des soins intensifs.

Notre dossier : La COVID-19 en Atlantique

Dépistage élargi

La province compte désormais dépister les personnes asymptomatiques parmi la population à risque élevé, déclare la médecin hygiéniste en chef dans un communiqué.

Selon la Dre Jennifer Russell, [cela] permet d’identifier et d’isoler les cas plus rapidement, et ce, avant que la maladie ne se propage davantage dans la communauté.

Les tests de dépistage sont d’une importance primordiale pour nous aider à comprendre, à retracer et à contenir la propagation de la COVID-19 au Nouveau-Brunswick.

Dre Jennifer Russell, médecin hygiéniste en chef du Nouveau-Brunswick

La population à risque élevé comprend les camionneurs, les travailleurs de la santé et les patients qui s'apprêtent à subir une intervention chirurgicale.

Cette annonce survient alors que l'éclosion du Restigouche aurait été provoquée après qu'un médecin infecté de retour du Québec eût été en contact avec plusieurs travailleurs de la santé et membres de la communauté.

Ce dernier s'est toutefois défendu, sur les ondes de l'émission La matinale, soutenant qu'il avait effectué un simple aller-retour pour récupérer sa fille, sans faire de pause. Il met ainsi en doute l'origine véritable de son infection, qui selon lui, aurait pu se produire lors d'un rendez-vous subséquent avec un patient.

Le médecin a depuis été suspendu, le temps qu'une enquête soit menée.

20 % des Restigouchois testés

À ce jour, 30 666 tests de dépistage ont été réalisés, dont 5834 dans la région du Restigouche. Ainsi, plus de 20 % des Restigouchois ont été testés.

La Dre Jennifer Russell, se dit satisfaite du travail d'enquête et de dépistage effectué jusqu'à présent.

Elle tient toutefois à préciser que 14 jours, qui correspondent à la période d'incubation de la maladie, sont nécessaires pour être en mesure de saisir toute l'ampleur de la situation.

Des patients qui sont déclarés négatifs après un premier test peuvent tout de même recevoir un test positif quelques jours plus tard, explique la Dre Jennifer Russell, pour insister sur l’importance de l’auto-isolement des contacts étroits, peu importe le résultat de ceux-ci.

En réponse aux inquiétudes des Restigouchois, la médecin hygiéniste en chef assure que les individus ayant eu des contacts potentiels avec l’éclosion de la région sont tous à la maison et qu’il n’y a donc pas de risques pour la communauté.

La COVID-19 [...] ça peut arriver n’importe quand et n’importe où, car nos frontières ne sont pas complètement fermées.

Dre Jennifer Russell, médecin hygiéniste en chef du Nouveau-Brunswick

La Dre Jennifer Russell ajoute que chaque jour, 5000 personnes entrent et sortent de la province et que tout le monde doit donc rester vigilant

Si moi j’étais à la situation d’attendre à la maison pendant 14 jours, ça m’inquiéterait et je veux que tout le monde de la province ait la sensibilisation de la situation, que c’est vraiment stressant pour les gens qui vivent cette situation, confie-t-elle.

La zone 5 demeure dans la phase orange en vertu du plan de rétablissement du Nouveau-Brunswick relatif à la COVID-19. Toutes les autres zones du Nouveau-Brunswick sont dans la phase jaune actuelle.

Avec les informations de Michel Corriveau

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Nouveau-Brunswick

Santé