•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les ventes de certains articles explosent depuis le début de la pandémie

Il n'y a pas beaucoup de lessiveuses en inventaire actuellement dans les magasins du nord du Nouveau-Brunswick.

Certains électroménagers, comme les lessiveuses, sont très convoités depuis le début de la pandémie.

Photo : Radio-Canada / François Vigneault

François Vigneault

Certains articles se font rares en magasin depuis le début de la crise sanitaire.

Dans plusieurs cas, les consommateurs doivent user de patience avant de mettre la main sur les produits désirés.

Les deux premières semaines, tous les congélateurs qu'on avait en inventaire, ils sont partis

Chantal Legacy, copropriétaire de Meubles Nigadoo

Chez Meubles Nigadoo, dans le nord-est de la province, le nombre de congélateurs dans le commerce a fondu comme neige au soleil depuis le début de la pandémie.

Parce que nos fournisseurs étaient fermés, on n'avait plus d'inventaire qui rentrait. Donc tout ce qu'il y avait dans le magasin, ça sortait, mais il n'y a rien qui rentrait, indique la copropriétaire, Chantal Legacy.

Chantal Legacy, copropriétaire de l'entreprise Meubles Nigadoo, dans le nord-est du Nouveau-Brunswick.

Chantal Legacy, copropriétaire de l'entreprise Meubles Nigadoo.

Photo : Radio-Canada / François Vigneault

Elle croit de plus que les gens confinés à la maison, pendant plusieurs semaines, ont davantage cuisiné et en ont profité pour faire congeler les recettes préparées. Elle précise que les gens intéressés par un nouveau congélateur doivent actuellement le commander. Et pour certains modèles, il faut être patient, spécifie-t-elle.

On a vérifié, puis ça va seulement être disponible probablement au mois d'août, puis il y en a que ça dit même au mois d'octobre.

Les lessiveuses sont parmi les autres électroménagers très en demande ces derniers mois.

Tous les jours, on a un appel de quelqu'un que sa laveuse a manqué puis il en cherche une autre. Ils disent qu'ils appellent tous les magasins à partir de Campbellton jusqu'à Miramichi, puis il y a personne qui en a en inventaire, donc c'est tout sur commande dans le moment, indique Chantal Legacy.

J'étais beaucoup nerveux, on savait pas du tout à quoi s'attendre

Éric Dugas, de Piscines JC Pools & Spas

Éric Dugas, propriétaire des Piscines JC Pools & Spas à Bathurst, se demandait vers le milieu du mois de mars quels effets aurait la pandémie sur son entreprise. Il a vite compris toutefois que la présente saison irait au-delà de ses attentes du côté des ventes.

Éric Dugas, propriétaire de l'entreprise Piscines JC Pools & Spas à Bathurst, pose près de rares spas qu'il a en magasin.

Éric Dugas, propriétaire de l'entreprise Piscines JC Pools & Spas à Bathurst.

Photo : Radio-Canada / François Vigneault

À cause de la COVID, les gens sont pris à la maison, la quantité d'appels puis de demandes qu'on a pour cette année est extraordinaire, dit-il

Les piscines et les spas sont donc très recherchés. Éric Dugas croit que, dans bien des cas, les consommateurs ont décidé d'investir l'argent prévu pour des vacances dans l'amélioration de leur chez-soi.

Les gens ne voyagent plus, les gens ne vont plus dans les restaurants puis qu'est-ce qui arrive, c'est qu'ils veulent enjoyer si tu veux, ils veulent profiter de la maison.

Mais dans ce cas-ci aussi la patience est de mise avant de songer à une première baignade.

Je te dirais que le temps d'attente pour un spa, au lieu d'être un mois, là on parle de trois mois d'attente. C'est pas juste pour mon magasin, c'est pour tous les magasins à la grandeur du Canada.

Les fabricants débordés

Les fabricants de piscines et de spas au Québec et en Ontario ont dû mettre un frein à leur production au début de la crise sanitaire. Mais depuis que les fabricants ont repris du service, ils sont débordés, indique Éric Dugas.

La demande était tellement haute que là ils ne fournissent plus. Les fabricants ont de la misère à répondre à la demande.

Pendant ce temps, le téléphone ne dérougit pas chez Piscines JC Pools & Spas. Pour répondre aux nombreuses demandes et pour s'assurer de bien servir la clientèle, le commerce a dû faire l'embauche de quelques nouveaux employés.

De plus, pour prévenir les coups, Éric Dugas a commandé il y a un mois plusieurs dizaines de spas qu'il s'attend à recevoir d'ici deux à trois semaines. Il croit que ses clients vont sauter sur l'occasion, même si ce n'est pas tout à fait le modèle convoité.

Autres produits recherchés

Il y a de moins en moins de vélos en inventaire dans les boutiques spécialisées.

Les vélos se sont vendus comme des petits pains chauds, à bien des endroits, depuis le début de la pandémie.

Photo : Radio-Canada / François Vigneault

La popularité de certains articles de sport ne se dément pas non plus.

Notre stock a vraiment été réduit drastiquement depuis le début du printemps

Louis-Olivier Bertin, de la boutique Compagnie Rivière Népisiguit

La Compagnie Rivière Népisiguit, à Bathurst, a vendu un nombre considérable de vélos ces dernières semaines. Le copropriétaire, Louis-Olivier Bertin, estime que les adultes en télétravail ont probablement bénéficié de plus de temps pour faire du vélo.

Les enfants, dont l'année scolaire s'est terminée plus vite que prévu, ont aussi eu l'occasion de pédaler plus souvent qu'ils ne s'y attendaient.

Ils ont eu le temps d'utiliser leur vélo puis les parents ont probablement réalisé que les vélos sont rendus un peu trop petits. Donc c'était le temps d'y aller avec un nouveau vélo.

Louis-Olivier Bertin, copropriétaire du commerce Compagnie Rivière Népisiguit, à Bathurst, pose à l'intérieur de sa boutique d'articles de sport.

Louis-Olivier Bertin, copropriétaire de la boutique d'articles de sport Compagnie Rivière Népisiguit à Bathurst.

Photo : Radio-Canada / François Vigneault

L'inventaire diminue rapidement et pour certains modèles, Louis-Olivier Bertin ne prévoit pas en recevoir avant la fin juillet.

Avec la Chine qui tourne au ralenti un peu côté production, les temps de livraison sont un peu plus longs au Canada, indique M. Bertin.

Et avec la distance physique à respecter en temps de pandémie, d'autres articles, comme les planches à pagaie et les kayaks, sont devenus encore plus populaires.

Des planches à pagaie et des kayaks photographiés dans la boutique Compagnie Rivière Népisiguit à Bathurst.

Les planches à pagaie et les kayaks favorisent la pratique des sports individuels en temps de distanciation physique.

Photo : Radio-Canada / François Vigneault

Garder la distanciation sociale avec ces articles-là, ça se fait quand même assez bien. Ça se fait seul ou ça se fait avec sa conjointe, son conjoint, mentionne-t-il.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Nouveau-Brunswick

Économie