•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des tunnels de détournement de la rivière de la Paix en construction au site C

La rivière de la Paix, avec une maison en avant-plan.

La rivière de la Paix, près de Hudson's Hope, en amont du futur barrage du site C, dans le nord-est de la Colombie-Britannique.

Photo : Josh Pagé/CBC

Radio-Canada

BC Hydro s’apprête à détourner temporairement, dans les prochains mois, une partie de l’imposante rivière de la Paix pour la construction du mégabarrage controversé du site C, dans le nord-est de la Colombie-Britannique.

Deux tunnels de déviation du courant, qui mesureront 750 mètres de long, auront un diamètre de plus de 10 mètres et transporteront ensemble jusqu’à 3000 mètres cubes d’eau par seconde, sont en cours de construction.

Ils seront en activité pendant environ cinq ans, affirme la société d’État, le temps de construire le barrage géant en remblai sur le lit asséché de la rivière.

Ce détournement du cours d’eau devrait toucher plus de 15 000 poissons de plusieurs espèces différentes, selon BC Hydro, qui est en train de bâtir un dispositif de capture des poissons en aval des tunnels. Mis sous sédation, ils seront transportés en amont par camion.

Un porte-parole de l’entreprise, Dave Conway, affirme que, grâce à différentes mesures d'atténuation, il y aura « des effets minimes sur la faune ».

Forte opposition au projet

Le projet de barrage du site C fait l’objet d’une forte opposition depuis plusieurs années, notamment de la part de la Première Nation de West Moberly.

C’est dévastateur à regarder, affirme le chef Roland Wilson.

La Première Nation conteste le projet devant les tribunaux et plaide que sa construction causera des dommages irréparables à son territoire et à son mode de vie.

Deux ouvriers marchent dans un énorme tunnel.

La rivière de la Paix devrait pouvoir être détournée cet automne, affirme BC Hydro, si les travaux de construction des tunnels se déroulent comme prévu.

Photo : BC Hydro

Elle a essuyé un revers judiciaire en octobre 2018, devant la Cour suprême de la Colombie-Britannique, qui a refusé de suspendre les travaux en attendant la tenue du procès.

L’avocat Tim Thielmann, qui représente la Première Nation de West Moberly, estime que l’affaire sera jugée en 2022, avant l’inondation finale, qui devrait avoir lieu, selon l’échéancier fixé par BC Hydro, en 2024 ou 2025.

Le barrage du site C devrait permettre, à long terme, d’alimenter en électricité l’équivalent de 450 000 foyers. Le coût du projet est actuellement estimé à 10 milliards de dollars.

Avec les informations de Betsy Trumpener

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Colombie-Britannique et Yukon

Infrastructures