•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des infirmières protestent devant l'Institut de gériatrie de Montréal

Deux personnes installent une tente devant une pancarte sur laquelle est écrit : «Mettons fin à l'inhumain».

Des infirmières ont installé des tentes devant l'Institut universitaire de gériatrie de Montréal pour protester contre le report de leurs vacances.

Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

La Presse canadienne

Des infirmières de la FIQ font du camping, mardi, pour pousser les employeurs à s'entendre avec leur syndicat local sur les modalités des vacances, alors que le déconfinement est amorcé dans le cadre de la crise du coronavirus.

Ainsi, des membres de la Fédération interprofessionnelle de la santé du Québec (FIQ) ont établi un camping devant l'Institut universitaire de gériatrie de Montréal, mardi à 6 h. Et les manifestantes comptent y rester jusqu'à jeudi 6 h. Leur thème est d'ailleurs camping forcé : c'est ici qu'on passe l'été.

Depuis le 19 mai et de différentes façons, la FIQ manifeste pour ce droit aux vacances, inscrit dans la convention collective. Un arrêté ministériel permet en effet aux directions d'établissements de reporter des vacances ou d'en limiter l'exercice, à cause de la crise du coronavirus.

En entrevue mardi, la présidente de la FIQ, Nancy Bédard, a précisé que sept CISSS ou CIUSSS au Québec ne se sont toujours pas entendus avec leur syndicat respectif de la FIQ quant à la prise de vacances.

Dans la majorité des cas, chez ceux qui ont conclu une entente, les parties ont convenu d'une durée de trois semaines consécutives de vacances, a précisé Mme Bédard.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !