•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Québec lance son programme de recrutement de 10 000 préposés aux bénéficiaires

Déjà, mardi à 17 h, plus de 35 000 personnes avaient rempli un formulaire d’inscription, selon le cabinet du premier ministre.

Un contenu vidéo est disponible pour cet article
François Legault et Marguerite Blais en conférence de presse.

Le reportage de Davide Gentile

Photo : La Presse canadienne

C'est mardi que démarre le processus d'inscription pour le nouveau programme de formation visant à pourvoir quelque 10 000 postes de préposés aux bénéficiaires dans les CHSLD.

Le gouvernement Legault met de l'avant, depuis plusieurs jours, cette initiative destinée à contrer la pénurie de personnel dans ces centres d'hébergement et de soins de longue durée, un phénomène qui s'est exacerbé avec l'éclatement de la pandémie.

Au dire du premier ministre, ce problème perdure depuis « 10-20 ans ».

Je prends ma part de responsabilité; aujourd'hui, c'est moi le premier ministre, c'est à moi de trouver des solutions pour prendre soin de nos aînés les plus vulnérables. C'est quand même quelque chose de pas facile, ce que vivent les aînés en CHSLD.

François Legault, premier ministre du Québec

Je me dis qu'à la fin de mon mandat, si j'avais juste réglé la situation dans les CHSLD, eh bien, j'aurais fait beaucoup. Juste bien traiter les aînés dans les CHSLD, ce serait un grand accomplissement, a ajouté le chef du gouvernement.

M. Legault s'est aussi exprimé plus longuement sur la question de la rémunération des futurs préposés aux bénéficiaires, qui gagneront 21 $ de l'heure, en formation, puis 26 $ de l'heure lorsqu'ils travailleront à temps complet dans les CHSLD.

Peut-être que certains vont trouver que les salaires offerts dans les CHSLD viennent rompre un équilibre, mais je suis prêt à prendre cette critique-là, a-t-il encore mentionné, avant de lancer une attaque contre les syndicats en indiquant qu'on aurait pu avoir des semaines, des mois de discussions [...], mais aujourd'hui, c'est le temps d'agir.

Le premier ministre estime d'ailleurs que ce n'est pas le temps de poser des gestes revendicateurs pendant une crise sanitaire, en référence aux réclamations des infirmières à propos de la suspension de leurs vacances, notamment.

J'en appelle à la bonne volonté de tout le monde, a-t-il ajouté.

M. Legault a aussi dit, lors de sa conférence de presse donnée en fin d'avant-midi, mardi, avoir bon espoir que les candidatures seraient à la hauteur des attentes, non seulement en termes du nombre de personnes qui postuleront, mais aussi en ce qui concerne leur répartition géographique, puisque les besoins les plus importants sont dans la région de Montréal, par exemple.

On a établi les besoins selon les régions. On va attendre de voir les candidatures, a-t-il précisé.

Quelques heures seulement après le lancement officiel du programme, plus de 35 000 personnes avaient rempli le formulaire d'inscription, selon le cabinet du premier ministre, qui comptabilise également plus de 140 000 visites sur la page du ministère de l'Éducation qui explique comment devenir préposé (Nouvelle fenêtre).

Trouvera-t-on 10 000 candidats?

Pas question, cependant, de court-circuiter le processus migratoire et d'accepter les demandeurs d'asile directement dans le programme de formation des préposés aux bénéficiaires. En ce qui concerne les demandeurs qui travaillent déjà dans les CHSLD, le gouvernement analysera leur candidature au cas par cas, en vue de déterminer si Québec peut les accepter comme immigrants.

Que se passerait-il si l'effort de recrutement de personnel ne portait pas suffisamment ses fruits? M. Legault s'appuie notamment sur « le haut taux de chômage », mais également sur les 10 000 personnes qui ont décidé, via le site Je Contribue!, de combler en urgence les pénuries dans les CHSLD.

Le premier ministre estime de plus que l'amélioration des conditions de travail, notamment avec l'embauche de personnel supplémentaire, alimentera l'intérêt envers une carrière comme préposé aux bénéficiaires.

Il s'agirait en quelque sorte, pour lui, de régler la question de « l'oeuf ou la poule ».

De son côté, le ministre de l'Éducation et de l'Enseignement supérieur, Jean-François Roberge, a précisé que la formation de 300 heures pour les futurs préposés aux bénéficiaires serait divisée entre deux périodes; la première, d'une durée de 120 heures, consisterait en des cours théoriques donnés en classe, tandis que les 180 heures restantes représenteraient une alternance entre la théorie et les apprentissages pratiques en CHSLD.

Questionné à maintes reprises, depuis l'annonce de la mise sur pied du programme de recrutement, sur la possibilité d'un transfert massif d'employés des autres centres et résidences pour aînés, dont les conditions salariales sont moins bonnes, vers les nouveaux postes de préposés aux bénéficiaires, François Legault a d'abord réitéré son intention de « rehausser les salaires au privé ».

Quant à la possibilité que des travailleurs d'autres domaines délaissent des postes payés au salaire minimum, par exemple, pour suivre la nouvelle formation, le premier ministre estime que le bassin de main-d'oeuvre déjà sans emploi est important, en raison de la pandémie.

Poursuite de la baisse des hospitalisations

Les autorités sanitaires du Québec ont aussi annoncé 239 cas de contamination supplémentaires à la COVID-19, pour un total de 51 593 malades. Le gouvernement a aussi recensé 52 décès de plus que la veille, portant à 4713 le nombre de morts depuis le début de la pandémie.

Toujours selon la santé publique, le nombre de personnes hospitalisées en lien avec la maladie s'élève à 1175, en baisse de 10. Quant aux malades ayant besoin de soins intensifs, on en compte maintenant 161, soit 2 de moins que la veille.

La région de Montréal demeure la plus touchée, avec 25 652 cas confirmés et 2947 décès. Suivent les régions limitrophes de la métropole – Montérégie (6990 cas, 401 décès), Laval (5471 cas, 614 décès), Lanaudière (4024 cas, 190 décès) et les Laurentides (2986 cas, 143 décès).

Avec les informations de Sébastien Bovet

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !