•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le sud-ouest de la Nouvelle-Écosse contraint de miser sur le tourisme local

Un kiosque de feuillets d'information touristique qui met en valeur des attractions acadiennes.

Un kiosque d'information touristique qui met en valeur les attractions acadiennes.

Photo : Radio-Canada / Jonathan Villeneuve

Kassandra Nadeau-Lamarche

Les entreprises touristiques du sud-ouest de la Nouvelle-Écosse, comme d'autres un peu partout au pays, se préparent à une saison décevante. Malgré ces prévisions, l’optimisme règne et la région veut maintenant favoriser l’accueil de visiteurs néo-écossais de partout dans la province.

Le tourisme constitue une importante source de revenus pour la province. Plus de 2 millions de visiteurs non résidents ont passé au moins une nuit dans la province en 2019, estime Tourisme Nouvelle-Écosse.

Mais cet été, la province devra probablement se passer de tous ces visiteurs en raison de la pandémie, ce qui crée de l’angoisse chez certains entrepreneurs.

Moi, je dirais que je ne suis pas même à 5 % de ce que j’aurais d’habitude, explique Louise Comeau, propriétaire de l’auberge Au havre du capitaine, à Meteghan River, dans la municipalité de Clare.

C’est moi qui suis en train de gérer l’opération à 100 %. J’ai été obligée de laisser aller mon staff.

Louise Comeau, de l’auberge Au havre du capitaine, à Meteghan River
Au départ d'un événement cycliste, des participants sourient à la caméra.

Le Gran Fondo Baie Sainte-Marie, qui devait se tenir en septembre, a été annulé.

Photo : Radio-Canada

L’annulation de nombreux événements qui attirent habituellement des visiteurs de l’extérieur de la région aura également des conséquences économiques.

Le Festival acadien de Clare se tiendra officiellement en ligne.

De plus, la semaine dernière, les organisateurs de l’événement cycliste le Gran Fondo Baie Sainte-Marie, qui devait se tenir en septembre, ont dû prendre la décision de l’annuler.

Il était évident depuis un certain temps que nous devions annuler. Notre priorité est la santé et le bien-être de nos participants, nos bénévoles et la communauté, explique le gérant du tourisme à la municipalité de Clare, Larry Peach.

Un rapport de 2015 évaluait les retombées économiques de l’événement à plus de 268 000 $, mais Larry Peach estime que les chiffres étaient bien plus élevés dans les dernières années, vu l’augmentation de la participation.

On est dans un petit coin où tout est important, même les funérailles, affirme Louise Comeau.

Le traversier qui n’arrivait pas

Le secteur touristique du sud-ouest doit aussi composer avec ce qui sera une deuxième année consécutive difficile. En effet, la région a vu une diminution des visiteurs américains à l’été 2019 en raison de l’absence du traversier reliant Yarmouth à Bar Harbor au Maine causée par des retards de travaux dans les installations de Bar Harbor.

En février dernier, Bay Ferries, l’entreprise responsable du traversier, avait annoncé la reprise du service pour début juin, au grand soulagement des entreprises touristiques. Toutefois, Bay Ferries a récemment confirmé que la reprise des services a été reportée au 15 juillet, et que la situation sera réévaluée au fur et à mesure que l’été avancera.

Le traversier CAT sur l'eau pendant une traversée.

Le traversier CAT entre la Nouvelle-Écosse et le Maine

Photo : Radio-Canada / CBC/Brett Ruskin

Une stratégie pour optimiser le tourisme local

La population a dû revoir ses plans de vacances. Les entreprises touristiques et les organismes qui les soutiennent font de même. Leur but est maintenant de convaincre les Néo-Écossais de visiter la région cet été.

Le Conseil de développement économique de la Nouvelle-Écosse (CDÉNÉ) a décidé d'y participer. L’organisme, qui soutient l’avancement économique de la communauté acadienne et francophone de la province, a tout récemment mis sur pied une initiative pour favoriser le tourisme dans les régions acadiennes cet été.

La page Facebook Visitez Nouvelle-Écosse (Nouvelle fenêtre) a été créée pour valoriser les attraits touristiques de ces régions auprès de la population locale.

C’est pour donner de l’appui à nos régions acadiennes, encourager les Acadiens à visiter les autres régions à travers la Nouvelle-Écosse pendant ces temps où on ne peut pas nécessairement voyager loin, affirme la gestionnaire des services en développement économique au CDÉNÉ, Gwen LeBlanc.

Vue du Cap Sainte-Marie par une journée brumeuse.

Le cap Sainte-Marie est chaque année visité par de nombreux touristes.

Photo : Radio-Canada / Caroline Lévesque

La semaine dernière, le gouvernement fédéral a annoncé une aide à l’industrie touristique de 70 millions de dollars. Questionné par Radio-Canada à ce propos lors du point de presse de mardi après-midi, le premier ministre de la Nouvelle-Écosse, Stephen McNeil, a reconnu que la saison sera différente de celle des autres années, et que les entrepreneurs et travailleurs de l’industrie en subiront certainement les conséquences.

Stephen McNeil a aussi parlé de la possibilité d’instaurer une bulle économique dans les Maritimes. Cette entente entre la Nouvelle-Écosse, le Nouveau-Brunswick et l’Île-du-Prince-Édouard n’a toutefois pas encore été confirmée.

Il n’y a aucun doute que notre province dépend de ce secteur. Nous tentons de trouver d’autres façons de donner un semblant de saison touristique pour ces entreprises, a expliqué le premier ministre McNeil.

Optimisme chez les entrepreneurs

Même s’ils ne se font pas d’illusions quant aux nouvelles pertes qu’ils essuieront et été, les entrepreneurs touristiques du sud-ouest tentent de rester optimistes.

C’est inquiétant, mais il faut garder espoir, puis il faut avoir de la persévérance et changer la façon qu’on va remettre le train sur les ferrailles de fer, affirme Pierre Boissonnault, propriétaire du restaurant École dans l’Anse Resto sur Mer, de Pointe-de-l’Église, et organisateur des Beaux vendredis soupers aux fruits de mer.

L’Acadien rouvrira sous peu son restaurant et compte reprendre la tradition des Beaux vendredis tout en suivant les règles de santé publique.

À l’auberge Au havre du capitaine, à Meteghan River, la porte restera ouverte pour accueillir les clients potentiels cet été. C’est point la faute à personne. Il faut suivre les directives et puis espérer pour le mieux, ajoute Louise Comeau.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Nouvelle-Écosse

Tourisme