•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

« Le racisme est présent parmi nous », reconnaît le maire d'Ottawa

Jim Watson participera à la marche No Peace Until Justice prévue devant l'ambassade des États-Unis, ce vendredi.

Jim Watson s'adresse aux médias dans la salle du conseil municipal.

Le maire Jim Watson à l'hôtel de ville d'Ottawa (archives)

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Le maire d'Ottawa a dénoncé la mort « insensée » de George Floyd lors de son arrestation à Minneapolis, au Minnesota, il y a une semaine. Jim Watson en a appelé à la solidarité de tout un chacun pour dénoncer les comportements racistes.

M. Floyd, un homme noir que la police soupçonnait d’avoir voulu écouler un faux billet de 20 $, est mort lors de son arrestation. De nombreuses manifestations ont par la suite eu lieu aux États-Unis, au Canada et ailleurs dans le monde.

Selon une vidéo du drame, qui a depuis fait le tour du monde, un agent l’a maintenu plaqué au sol, en s’agenouillant sur son cou pendant près de neuf minutes. Le médecin légiste officiel responsable de son autopsie a estimé qu'il était mort « par homicide » à cause de la « pression exercée sur son cou » par la police.

Le meurtre de George Floyd a ébranlé, blessé et dégoûté de nombreux résidents d'Ottawa et canadiens. Comme plusieurs, j'ai eu beaucoup de difficulté à voir le meurtre de George Floyd, a commenté le maire Jim Watson, mardi, lors d'une réunion du Comité des finances et du développement économique de la Ville d’Ottawa.

Voir M. Floyd dire : "Je ne peux pas respirer", et le voir supplier sa mère de l'aider alors qu'il agonisait va bien au-delà de ce que la plupart d'entre nous peuvent tolérer.

Jim Watson, maire d'Ottawa

Le racisme est présent parmi nous, a aussi reconnu M. Watson. Pas plus tard que cette semaine, le chef de la police d'Ottawa a affirmé qu'un membre du corps policier a été accusé d'avoir créé et diffusé un mème qu'il avait précédemment dénoncé comme « raciste ».

Nous devons faire tout ce qui est en notre pouvoir pour que tous les résidents d'Ottawa, qu'ils soient ici depuis 50 jours ou 50 ans, sentent que cette ville est leur maison et se sentent accueillis et appréciés dans cette maison, a affirmé M. Watson.

Il a aussi ajouté qu'il participera à la marche No Peace Until Justice contre les violences policières prévues devant l'ambassade des États-Unis sur la promenade Sussex, à Ottawa, ce vendredi 5 juin à 15 h. Il demande à tous les participants de porter des masques pour limiter la propagation de la COVID-19.

Un secrétariat pour lutter contre le racisme

Par ailleurs, le Comité des finances et du développement économique a approuvé la nomination de Rawlson King, conseiller du quartier Rideau-Rockcliffe, en tant qu’agent de liaison du conseil pour les initiatives de relations ethnoculturelles et de lutte contre le racisme.

Ce pays a sa part de haine, et Ottawa n'est pas étranger au racisme, à la discrimination raciale et aux disparités économiques et sociales, a lancé M. King, lors de la réunion.

Notre ville a connu une augmentation des crimes de haine contre les peuples autochtones, les personnes racialisées, ainsi que les communautés juive et musulmane.

Rawlson King, conseiller du quartier Rideau-Rockcliffe

La Ville fera appel aux services d’un spécialiste de la lutte contre le racisme au cours des prochaines semaines afin qu’un aperçu du contexte lui soit présenté. Elle consultera également le public quant à la constitution d’un secrétariat de la lutte contre le racisme.

Un homme en entrevue avec un média.

Le conseiller du quartier Rideau-Rockliffe, Rawlson King, en entrevue avec Radio-Canada (archives)

Photo : Radio-Canada

Le vice-président du comité de l’équité pour la police d’Ottawa, Gérard Étienne, juge que les mesures prises par la Municipalité constituent un pas dans la bonne direction.

Pour régler un problème, il faut être capable d’énoncer un problème. Or, que ce soit au niveau de la police ou que ce soit au niveau du premier ministre du Canada ou de la Municipalité d’Ottawa, tout le monde reconnaît maintenant le fait que le racisme est présent et actif, a constaté M. Étienne.

À ce titre, il a rappelé que le premier ministre québécois, François Legault,a dit qu’il n’y a pas de discrimination systémique au Québec. C’est le fait de ne pas nier une vérité qui est pour la plupart des gens racialisés une vérité quotidienne.

Avec les informations de Stéphane Leclerc

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Ottawa-Gatineau

Forces de l'ordre