•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Cinq jours de congés sans solde pour la fonction publique du Manitoba

Des manifestants à bicyclette et en voiture devant le palais législatif du Manitoba.

Des manifestations devant le palais législatif où les gens demandent que le gouvernement manitobain maintienne des emplois du secteur public sont devenues récurrentes.

Photo : Radio-Canada / Patrick Foucault

Radio-Canada

Le plus important syndicat de la fonction publique au Manitoba accepte cinq jours de congés sans solde pour ses membres pendant l’année d'imposition en cours, en échange d’une promesse du gouvernement qu’il n’y aura aucune mise à pied.

Le Syndicat des employés gouvernementaux et généraux du Manitoba (MGEU) indique lundi avoir accepté les congés sans solde, expliquant que c’était une alternative préférable pour ses 6250 membres, plutôt que des mises à pied.

En avril, le premier ministre du Manitoba, Brian Pallister, prônait des semaines de travail réduites pour ce qu’il qualifiait de travailleurs non essentiels pendant la pandémie. La province a également suggéré des mises à pied pouvant atteindre 30 % de la fonction publique, avant de réclamer à la place les cinq jours sans solde.

La présidente du MGEU, Michelle Gawronsky, affirme que les congés permettront à la province d’économiser 9,5 millions de dollars.

L’entente ne touchera pas les employés saisonniers, le personnel infirmier, le laboratoire provincial Cadham (qui analyse des tests de dépistage du coronavirus) ni le Centre de santé mentale de Selkirk.

Le MGEU croit toujours que ces réductions de travail ne sont pas nécessaires, qu’elles sont injustes, et qu’elles porteront préjudice à l’économie manitobaine. Cependant, vu la menace très réelle de mises à pied du premier ministre, le MGEU croit que l’obtention d’une clause de non-congédiement et accepter les congés sans solde est un meilleur chemin pour les membres de la fonction publique, affirme le syndicat dans une lettre à ses membres.

Une femme aux cheveux longs roux se tient devant un micro.

La présidente du Syndicat des employés du gouvernement du Manitoba (MGEU), Michelle Gawronsky.

Photo : Radio-Canada / Lyzaville Sale

Michelle Gawronsky dit qu’elle a proposé à la province un plan pour faire des économies similaires, mais avec seulement trois jours de congés sans solde pour les travailleurs.

Malheureusement, le gouvernement a refusé de considérer ces options. Il semble que le gouvernement s’intéresse plus à la punition des membres de la fonction publique que l’atteinte de ses buts en matière d’économie, dit-elle.

La province, de son côté, a publié un communiqué saluant la collaboration du syndicat.

Nous apprécions certainement les efforts de tous les syndicats du gouvernement, de leurs membres, ainsi que de nos employés non syndiqués pour nous aider à trouver de très modiques économies, indique un porte-parole du gouvernement.

Nous sommes heureux d’avoir conclu des ententes de principe avec les quatre syndicats, poursuit-il.

Brian Pallister a affirmé à plusieurs reprises que des compressions dans la fonction publique étaient nécessaires en raison de la hausse de dépenses en santé et du coût d’autres programmes liés à la COVID-19, alors que les revenus de la province sont à la baisse.

La province affirme que le Manitoba va dépenser 2 milliards de dollars supplémentaires en santé, mais ne l’a pas démontré pour le moment.

Avec les informations de Bartley Kives

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Manitoba

Politique provinciale