•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le milieu culturel régional réagit aux annonces de Québec

Un micro déposé sur un tabouret sur une scène.

Plusieurs se réjouissent des annonces faites par la ministre Nathalie Roy.

Photo : Shutterstock

La ministre de la Culture et des Communications, Nathalie Roy, a dévoilé lundi le plan d’aide destinée à l’industrie culturelle québécoise touchée de plein fouet par la pandémie de COVID-19. Ce sont 400 millions de dollars qui seront versés aux artistes, aux organisations culturelles et aux salles de diffusion. Ces annonces étaient attendues et elles font réagir dans la région.

Pour la directrice générale de Culture Saguenay-Lac-Saint-Jean, Gabrielle Desbiens, il y a toujours des zones d’ombre qui entourent la reprise des activités culturelles. Elle espère que les artistes qui évoluent dans les régions obtiendront leur part du gâteau.

Pour nous, c’est excellent qu’il y ait un fonds d’urgence qui va compenser des artistes qui ne seront pas en mesure de créer ou qui vont être en situation financière très difficile, mais assurons-nous que cet argent-là sorte de la couronne métropolitaine.

Gabrielle Desbiens, directrice générale, Culture Saguenay-Lac-Saint-Jean

Certains artistes sont quant à eux déçus. La chanteuse Cynthia Harvey compare la situation à un cauchemar. Elle ignore à quel moment elle pourra recommencer à donner des spectacles ou à accepter des contrats de particuliers, d’entreprises ou de festivals.

Si elle se réjouit de l’arrivée du fonds d’urgence, elle soutient qu’elle ne verra personnellement jamais la couleur de cet argent.

J’ai de la misère à comprendre que la ministre de la Culture puisse ne pas comprendre notre milieu à ce point-là [...] Pour les petits comme nous, surtout en région, parce qu’en région, l’Union des artistes, on n’est pas là-dessus, ça ne nous sert à rien. S’il y a des fonds d’urgence pour l’UDA, on n’y a pas droit. C’est encore les statuts les plus précaires qui vont attendre, déplore-t-elle.

Reprise des spectacles

La ministre Nathalie Roy a fait allusion lors du point de presse à une possible réouverture des salles de diffusion d’ici le 24 juin, ce qui a surpris plusieurs acteurs du milieu culturel.

La directrice générale de Diffusion Saguenay se réjouit d'une telle perspective, mais Isabelle Gagnon rappelle que plusieurs mesures devront être mises en place avant de pouvoir présenter des spectacles. Elle se dit toutefois confiante qu'un certain retour à la normale pourrait être possible à l'automne.

Il faut commencer par analyser quel spectacle on pourra faire cet été, dans quelles circonstances. Il faut vendre ces billets-là pour avoir les spectateurs au rendez-vous. Donc, nous, on a besoin d’un temps d’analyse et d’un temps de préparation pour pouvoir ouvrir nos salles de spectacle.

Isabelle Gagnon, directrice générale, Diffusion Saguenay

La directrice générale du Réseau Objectif Scène, une organisation qui regroupe 11 diffuseurs en arts de la scène régionaux, abonde dans le même sens.

Ces annonces étaient attendues depuis longtemps et elle redonne un peu d’espoir à l’industrie. Cependant, il faudra déterminer de quelle manière une reprise dans les salles de spectacle pourrait être rentable.

Peu importe le moment où les salles rouvriront, c’est sûr qu’il faudra faire des montages financiers pour mesurer la viabilité financière des activités de diffusion en tenant compte notamment de la distanciation puis des mesures sanitaires qui seront mises en place, mentionne Julie Maltais du Réseau Objectif Scène.

Retour des tournages

L'annonce de la reprise de la production audiovisuelle à compter du 8 juin est une bonne nouvelle pour le producteur et président de Canopée Médias.

Quelque 91 millions de dollars seront octroyés par le gouvernement Legault pour soutenir la production cinématographique et télévisuelle. Une somme qui arrive à point, selon Max-Antoine Guérin, qui rappelle que ce secteur d'activité a été durement touché depuis le début de la pandémie et qu'il devra faire face à des coûts supplémentaires avec la reprise des tournages en contexte de COVID-19.

Ça va permettre aux entreprises et aux projets de respirer. Ça va permettre aussi de donner du travail à beaucoup de gens qui, présentement, vivent une grande incertitude, mais il y a encore énormément de choses à préciser das ces mesures et pour la reprise de nos secteurs d’activité, estime Max-Antoine Guérin.

Avec les informations de Julie Larouche et de Jean-François Coulombe

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Saguenay–Lac-St-Jean

Coronavirus