•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un rapport souligne les problèmes des centres de soins de longue durée en Saskatchewan

Jim Reiter répond aux questions des journalistes.

Le ministre de la Santé de la Saskatchewan, Jim Reiter, a défendu le bilan de son gouvernement sur la question des centres de soins de longue durée.

Photo : The Canadian Press

Radio-Canada

Dans un rapport annuel rendu public vendredi dernier, l’Autorité de la Santé de la Saskatchewan (SHA) décrit plusieurs centres de soins de longue durée comme étant vieillissants et ne répondant pas aux normes de soins actuelles.

Le rapport dénonce aussi des établissements qui ont des problèmes de personnel et de financement ou qui ont des chambres logeant jusqu’à quatre résidents.

Ce rapport de 250 pages  (Nouvelle fenêtre)(en anglais) qui recouvre l'année 2019 contient également des éloges pour certains centres de soins de longue durée.

Depuis 2013, la SHA compile un rapport chaque année sur la qualité des soins de longue durée basée sur les visites des établissements par ses dirigeants.

En conférence de presse téléphonique lundi, le ministre de la Santé de la province, Jim Reiter, a défendu le bilan de son gouvernement. Il reconnaît que le rapport fait état du problème de personnel et d’investissement dans les infrastructures de ces centres.

Il y a des directives et des normes qui doivent être respectées et nous devons faire de notre mieux pour y parvenir.

Une citation de :Jim Reiter, ministre de la Santé de la Saskatchewan

Le ministre de la Santé dit que le rapport a rempli ses objectifs : Vous voyez les avantages et les inconvénients, ce qui est positif et ce qui est négatif. Cela est utilisé par l'équipe de gestion du SHA pour décider des améliorations à apporter, cela aide à éclairer ces décisions.

Jim Reiter déclare que le rôle du gouvernement est de s’assurer que les centres de soins de longue durée possèdent les ressources nécessaires. Il ajoute que la province a augmenté de 45 % le financement de ces centres depuis 2007.

De son côté, le président de la SHA, Scott Livingstone, a souligné lundi qu’il est difficile d’engager du personnel qualifié lorsque les communautés sont dispersées.

Scott Livingstone explique également que la pandémie actuelle a poussé le personnel des centres de soins de longue durée à se rapprocher pour empêcher les travailleurs de se déplacer entre plusieurs établissements et ainsi éviter la propagation du virus.

Avec les informations d'Omayra Issa et Grégory Wilson

Notre dossier COVID-19 : ce qu'il faut savoir

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !