•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Rentrée au Nouveau-Brunswick : un enseignement limité à l’« essentiel »

Des tables et des chaises disposées à une bonne distance les unes des autres dans une salle de classe.

La classe de Louis Collins accueille deux fois moins d'élèves à la fois qu'avant l'arrivée de la COVID-19 au Nouveau-Brunswick.

Photo : Radio-Canada / Bernard LeBel

Radio-Canada

La rentrée scolaire des élèves du Nouveau-Brunswick pourrait concorder avec un allègement des programmes.

C’est du moins l’un des scénarios envisagés par les enseignants du Nouveau-Brunswick, qui étaient de retour en classe lundi afin de préparer la rentrée scolaire en septembre.

Un scénario optimiste comprendrait un retour en classe comme on les connaît. Inversement, un scénario « rouge » signifierait que les élèves poursuivraient l'école à la maison à l'aide d'outils informatiques.

Peu importe l'issue, un allègement des programmes scolaires est à l'ordre du jour.

On se limiterait à des objectifs qu'on considère comme vraiment essentiels, ou préalables à d'autres objectifs qu'on souhaite voir, explique le directeur général du district scolaire francophone Nord-Est (DSFNE), Marc Pelletier.

Dans une année régulière, on voit beaucoup plus de choses qui, peut-être, sont non essentielles.

Marc Pelletier, directeur général du DSFNE

Mais le scénario retenu sera annoncé seulement deux ou trois jours avant le début des classes. Pour le ministre de l’Éducation, Dominic Cardy, l'objectif est de donner plus d'autonomie aux enseignants.

Le ministre de l'Éducation et du Développement de la petite enfance du Nouveau-Brunswick, Dominic Cardy, le 14 mai 2020.

Les districts pressent le ministre Dominic Cardy de dévoiler les lignes directrices en prévision de l'automne prochain.

Photo : Gouvernement du Nouveau-Brunswick

C'est pour ça qu'on a ciblé le plan moyen et long terme, explique-t-il.

Je sais que ce n'était pas un niveau acceptable, ça c'est ma responsabilité, pas [celle] des enseignants qui ont fait un super travail. Je suis absolument [persuadé] qu'ils vont continuer de le faire en septembre.

La dernière journée de travail en classe des enseignants est le 23 juin.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Nouveau-Brunswick

Éducation