•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L’industrie touristique juge l'aide d'Ottawa insuffisante

Le parc Nature de Pointe-aux-Outardes

Le parc Nature de Pointe-aux-Outardes dit avoir besoin d'aide pour passer à travers la saison touristique 2020.

Photo : Radio-Canada / Alexie André Bélisle

Radio-Canada

Malgré l'aide du gouvernement fédéral, l'industrie touristique de l'Est-du-Québec ne crie pas victoire.

La ministre du Développement économique et des Langues officielles, Mélanie Joly, a annoncé une aide de 30 millions de dollars pour inciter les Canadiens à visiter les différents attraits touristiques du pays.

L'aide d'Ottawa était prévue pour attirer des touristes internationaux au Canada, mais avec la fermeture des frontières, le gouvernement fédéral investira plutôt cette somme pour stimuler la reprise des activités d'un océan à l'autre.

Pour le moment, il est impossible de déterminer quels montants seront investis spécifiquement dans les régions de l’Est-du-Québec.

De l'avis de plusieurs, le domaine touristique aura besoin d'aide pour limiter l'impact de la pandémie.

On a été les premiers [touchés] par cette crise-là qui en est une de déplacement des populations et on va l'être pendant un certain bout de temps. Donc, c'est sur qu'il va devoir y avoir de l'aide directe pour pouvoir passer au travers des 12-18 mois de la crise qui va perdurer après la COVID, juge Pierre Lévesque, le directeur général de l’Association touristique régionale du Bas-Saint-Laurent.

Pour Tourisme Côte-Nord, si Ottawa et Québec veulent venir en aide aux entreprises, ils devront favoriser la mise en place ou la bonification de programmes. Cette demande est d'autant plus importante pour les régions qui comptent de nombreuses entreprises saisonnières.

Un homme aux cheveux blancs qui porte des lunettes sourit devant les locaux de Tourisme Côte-Nord.

Le directeur général de Tourisme Côte-Nord, Mario Leblanc.

Photo : Radio-Canada / Olivier Roy Martin

Les deux principales mesures qui seraient les plus pertinentes pour l'industrie, ce sont les subventions salariales et une aide pour supporter les coûts fixes. De cette façon-là, on va pouvoir aider les petites et les grandes entreprises, avance Mario Leblanc, le directeur général de Tourisme Côte-Nord.

Même s’il juge l’aide insuffisante, il reconnaît la pertinence de la décision d’encourager le tourisme au pays considérant les circonstances actuelles.

Notre dossier COVID-19 : ce qu'il faut savoir

C'est une démarche qui est quand même intéressante parce que notre marché principal cet été, ce sera principalement l'intra-Québec et si les autres provinces voisines ouvrent, bien on sera heureux d'accueillir des Ontariens et des gens des Maritimes, indique M. Leblanc.

À certains endroits, les besoins sont immédiats. Le directeur général du parc Nature de Pointe-aux-Outardes, Denis Cardinal, affirme avoir besoin d'aide financière pour passer à travers l'été 2020.

Moi, j'anticipe une diminution de peut-être 70 % ou 80 % des revenus, c'est comme évident. On n’aura pas l'achalandage, on n’a pas les événements, c'est impossible qu'on aille la saison comme l'année passée. Et [il y a] les coûts associés aussi à tous les coûts additionnels pour se conformer [aux demandes de] santé publique, explique-t-il.

Un homme en entrevue dehors.

Denis Cardinal, le directeur général du parc Nature de Pointe-aux-Outardes.

Photo : Radio-Canada / Alexie André Bélisle

Les intervenants à qui Radio-Canada a parlé s'entendent pour dire que même si les touristes sont nombreux à visiter nos régions cet été, les impacts de la pandémie pourraient se ressentir pendant quelques années.

Avec les informations d’Alexie André Bélisle et de Patrick Bergeron

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !