•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Il faudra rapidement s'attaquer à la dette, dit le ministre des Finances du Québec

M. Girard en conférence de presse.

Le ministre des Finances du Québec, Eric Girard

Photo : Radio-Canada / Sylvain Roy Roussel

Hugo Lavallée

Plongé de nouveau dans les déficits, le Québec devra rapidement se doter d'un plan pour se sortir la tête de l'eau. Pas question, après avoir fait tant de sacrifices pour ramener la province dans le droit chemin budgétaire, de laisser le coronavirus tout bousiller, explique le ministre des Finances, Eric Girard, en entrevue à Radio-Canada.

Prudent, le ministre s'est contenté jusqu'ici d'évoquer un déficit de 12 à 15 milliards de dollars pour l'année financière en cours et un retour à l'équilibre budgétaire dans un horizon de 3 à 5 ans. Il insiste aujourd'hui sur l'importance d'un retour rapide à l'équilibre budgétaire.

C'est important de garder la situation sous contrôle. Alors, nous, on va rapidement se mettre sur une trajectoire de déclin de la dette. Il va y avoir une hausse de la dette liée au déficit important cette année. [...] Il faut que le déficit de l'an prochain soit beaucoup moins important que celui de cette année et qu'on soit sur un sentier crédible de retour à l'équilibre budgétaire, a-t-il déclaré.

Même si les gouvernements, partout sur la planète, multiplient les mesures d'aide à la population et aux entreprises, le Québec aurait tort de se complaire dans les déficits, selon M. Girard. Il faudrait, le plus rapidement possible, relancer l'économie et réduire la dette. Le ministre évoque à nouveau son plan pour que le Québec rattrape l'Ontario, au point de vue économique, et son ambition de rejoindre la moyenne canadienne, au point de vue de l'endettement public.

Les Québécois ont fait 15 ans d'effort. Le Québec était la province la plus endettée du Canada. Quinze ans d'effort nous ont permis d'améliorer notre situation relative. Il y a maintenant 2-3 provinces, selon la mesure, qui sont plus endettées que nous. On veut converger vers la moyenne canadienne. On veut que notre position relative s'améliore. Alors, le plan, c'est très important.

Eric Girard, ministre des Finances du Québec

D'ici la fin du mois, le gouvernement dévoilera la liste des dépenses additionnelles qu'il a dû effectuer pour lutter contre la pandémie. Il chiffrera aussi l'impact du confinement sur les rentrées fiscales et mettra à jour le solde de la dernière année financière, qui s'est terminée au moment même où le Québec se mettait en veilleuse. Dans son dernier budget, le ministre avait prévu terminer l'année 2019-2020 avec un surplus de 1,9 milliard de dollars, mais c'était avant que l'épidémie ne se transforme en pandémie.

Ceux qui espèrent avoir un portrait complet des finances publiques devront toutefois attendre l'automne prochain, car le ministre des Finances prévient déjà que bien des questions resteront sans réponse. C'est seulement à l'automne qu'on sera en mesure de donner un horizon de 5 ans et aussi de savoir des choses très importantes : est-ce qu'il y a une deuxième vague? Est-ce qu'il y a un remède? Où en sommes-nous avec la recherche d'un vaccin? Et quelle est la force du rebond?

Une dette coûteuse

Grâce à la bonne tenue des finances publiques ces dernières années, le Québec était en meilleure posture que le gouvernement ontarien et le gouvernement fédéral au début de la crise, mais il ne faudrait pas se réjouir trop vite.

La population est vieillissante, ce qui ne fera qu'accroître la pression sur les finances publiques ces prochaines années. Et même si les taux d'intérêt sont au plancher, Eric Girard rappelle qu'à l'heure actuelle, le service de la dette occupe la troisième position au palmarès des postes budgétaires les plus coûteux, derrière la santé et l'éducation.

L'argument que les taux d'intérêt sont bas, il est pertinent aujourd'hui. C'est sûr que les taux d'intérêt sont bas lorsqu'on vit la pire récession depuis la Deuxième Guerre mondiale. Mais il y aura un rebond. [...] On va tout faire pour que l'économie québécoise croisse plus vite, même chose au Canada et aux États-Unis. Alors, on ne peut pas présumer que les taux d'intérêt seront éternellement au même niveau qu'ils sont aujourd'hui.

Si personne n'a remis en question la décision du gouvernement d'engager de lourdes dépenses pour lutter contre la pandémie, il sera sans doute plus difficile de faire l'unanimité dans les mois à venir. Il y a consensus pour faire des déficits et aider les entreprises et les individus, il faut faire ça. [...] Tout le monde est d'accord qu'il y aura des déficits en 2020-2021. Comment revenir à l'équilibre? Il risque d'y avoir un débat de société, évoque le ministre.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Politique provinciale

Politique