•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

10 000 noms et une lettre au premier ministre pour mieux protéger les retraités

Des exemplaires de journaux, propriétés de Groupe Capitale Médias (GCM).

Une pétition en ligne a maintenant récolté plus de 10 000 noms sur le site de l’Assemblée nationale.

Photo : The Canadian Press / Paul Chiasson

Les retraités des journaux québécois de Groupe Capitale Médias relancent le premier ministre François Legault afin d'obtenir une meilleure protection des régimes de retraite en cas de faillite d’une entreprise.

Une pétition en ligne a maintenant récolté plus de 10 000 noms sur le site de l’Assemblée nationale. Dans une lettre envoyée au premier ministre, les retraités réclament une fois de plus la mise en place d’une assurance rentes à l’instar de ce qu’offre l’Ontario depuis 40 ans déjà.

Le porte-parole du regroupement des associations de retraités des journaux québécois de Groupe Capitale Médias, Pierre Pelchat, fait valoir que la pétition a suscité beaucoup d’intérêt dans la population, même si presque toute l’attention était accordée à la pandémie de COVID-19.

C’est loin d’être terminé et on va continuer, ajoute-t-il en précisant que la lettre au premier ministre a été rédigée pour dire qu’on est toujours là.

Pierre Pelchat rappelle que quelque 900 retraités ont perdu entre 26 % à 29 % de leurs rentes quand Groupe Capitale Médias a été converti, au début de 2020, en un groupe de coopératives d’employés.

Les retraités du Soleil réunis dans une salle.

Les retraités du « Soleil » réunis en décembre 2019 alors que l'avenir de Groupe Capitale Médias était plus qu'incertain.

Photo : Radio-Canada / Guylaine Bussière

« Très insuffisante »

Jusqu’à maintenant, la seule solution offerte par le gouvernement Legault a été de confier temporairement la gestion du régime de retraite à Retraite Québec.

Les retraités jugent cette solution très insuffisante. Pierre Pelchat avance que, sur 10 ans, ses membres pourraient espérer récupérer 4 % de pertes. Dans le pire des cas, leurs rentes pourraient même être amputées davantage.

Le retraité du journal Le Soleil, à Québec, admet que le ministre des Finances, Eric Girard, ne semble pas près de changer son fusil d’épaule.

Il pense néanmoins que son regroupement de retraités, dont les demandes sont appuyées par les partis d’opposition, saura mettre une pression non négligeable sur le gouvernement.

Pierre Pelchat, porte-parole de l'association des retraités du « Soleil » lors d'une entrevue au palais de justice de Québec.

Pierre Pelchat, porte-parole du regroupement

Photo : Radio-Canada

Je pense qu’il y a une injustice criante envers les retraités actuellement dans les entreprises qui ont fait faillite ou qui n’étaient pas solvables, il faut que ce soit corrigé. Il ne faut plus revivre ces histoires d’horreur.

Pierre Pelchat, porte-parole du regroupement des associations de retraités des journaux québécois de Groupe Capitale Médias

Pierre Pelchat estime qu’il s’agit d’un enjeu de société majeur dans le contexte d'une population vieillissante. Il s’appuie entre autres sur une décision récente de la Cour d’appel du Québec dans le dossier des retraités de la Whitebirch.

Bien que les retraités aient été déboutés, le juge Guy Gagnon s’est montré favorable à la mise en place de mesures contraignantes pour une meilleure capitalisation des régimes de retraite.

Quand c’est rendu que c’est la Cour d’appel qui interpelle le gouvernement, il me semble que le gouvernement devrait être un peu plus sensible, laisse tomber Pierre Pelchat.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Politique provinciale

Politique