•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un loup abattu après avoir blessé un septuagénaire

Un loup marche dans la forêt.

Le loup est poursuivi par des agents de conservation de la faune, près de Port Edward, dans le nord-ouest de la Colombie-Britannique.

Photo : B.C. Conservation Service

Radio-Canada

Des agents de protection de la faune ont réussi à abattre un loup solitaire lundi qu’ils croient responsable de l’attaque d’un homme de plus de 70 ans dans sa cour, à Port Edward, dans le nord-ouest de la Colombie-Britannique.

L’annonce dévoilée sur les médias sociaux du Service de conservation de la faune de la Colombie-Britannique précise qu’une nécropsie aura lieu mercredi matin.

L’animal l'a attaqué alors qu’il rentrait chez lui vers 23 h, vendredi, selon l’agent Cam Schley, lui infligeant des blessures importantes dans le bas du corps.

Les autorités ont pu interroger la victime depuis son lit d'hôpital, avant qu'une ambulance aérienne ne le transporte dans le Grand Vancouver samedi.

Nous croyons savoir que l'homme a été envoyé à Vancouver pour recevoir des soins supplémentaires, a déclaré Cam Schley.

Les agents de protection de la faune ne croient pas que ses blessures mettent sa vie en danger, mais ils considèrent la situation comme préoccupante.

C'est très, très rare. Les attaques de loups contre des personnes en Amérique du Nord sont extrêmement rares.

Cam Schley, agent de protection de la faune

Pour l'instant, impossible de savoir ce qui a déclenché cette attaque non provoquée, ajoute M. Schley.

Plus difficile à piéger qu'un ours

Dimanche, Cam Schley a expliqué que des agents pistaient le loup, mais qu’il n’était pas garanti qu’ils arrivent à l’attraper.

Ils sont beaucoup plus difficiles à piéger que les ours, a-t-il déclaré.

Les agents croient que l'animal est un loup solitaire de la région de Port Edward, sans lien avec des loups qui ont été repérés à Prince Rupert, environ 20 kilomètres plus loin.

Ces dernières semaines, des habitants de Prince Rupert ont observé des loups à de multiples reprises et ont signalé plusieurs attaques contre des chats et des chiens.

Au moins un de ces loups n’a pas peur des hommes. Il ose s’approcher pour mordre des chiens en laisse, dit Cam Schley.

Il invite la population de la région à marcher en groupe, si possible, et à porter une attention particulière à son environnement.

Avec les informations de Betsy Trumpener

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Colombie-Britannique et Yukon

Faune et flore