•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La communauté des Ursulines frappée par la COVID

Le bâtiment du monastère des Ursulines vu de l'extérieur en hiver.

Les soeurs Ursulines de Trois-Rivières ont quitté le monastère que la congrégation occupait depuis plus de trois siècles en juillet 2019.

Photo : Radio-Canada / Guylain Côté

Radio-Canada

Le monastère des Ursulines est en deuil. On dénombre dans la communauté un total de 13 décès en seulement quelques semaines. Parmi les soeurs, six sont décédées de la COVID-19, d’autres de causes naturelles, mais la congrégation veut leur rendre hommage.

Pour Guy Pagé, directeur de la résidence Lokia Trois-Rivières où les soeurs ont déménagé l'été dernier, la situation sanitaire a été maîtrisée dès les débuts de la crise. M. Pagé affirme que si les soeurs ont été nombreuses à perdre la vie, c'est qu'elles sont en moyenne plus âgées que les autres résidents, et donc plus à risque.

Pour entendre une entrevue sur le sujet à l'émission 360PM, cliquez ici.

Toujours selon lui, aucun lien ne peut être fait avec leur pratique religieuse et de possibles rassemblements, car elles auraient été logées à la même enseigne que les autres, et donc contraintes à l'isolement.

Une page d’histoire qui se tourne

C'est en juillet 2019 que les 56 soeurs ursulines de Trois-Rivières ont élu domicile à la résidence pour personnes âgées Lokia. Elles quittaient alors le monastère que la congrégation occupait depuis plus de trois siècles. Elles tournaient ainsi une page d'histoire.

Nul doute que la COVID en est une autre, plus sombre.

Sur les 300 personnes âgées que compte au total la résidence Lokia, 23 ont contracté la COVID-19. La résidence de Trois-Rivières ne compterait aucun cas positif à la maladie en ce moment, puisque chaque personne contaminée a été systématiquement écartée des lieux et envoyée à l'hôpital ou à l'école de police de Nicolet, où des dortoirs ont été aménagés pour héberger des patients.

Une femme répond aux questions des journalistes

Josée Grandmont est aussi présidente du Conseil du patrimoine religieux du Québec

Photo : Radio-Canada

Pour Josée Grandmont, la directrice du Musée des Ursulines, c'est une partie de l'histoire de Trois-Rivières qui part avec elles.

Une religieuse qui décède, pour moi, ça va au-delà de la COVID. Les Ursulines, on le sait, c’est une communauté fondatrice à Trois-Rivières, c’est la première école pour jeunes filles, le premier hôpital.

Josée Grandmont, directrice du Musée des Ursulines

Le Musée des Ursulines rouvrira ses portes au public le 9 juin prochain. On pourra y retrouver l'exposition « Portrait de famille » consacrée aux religieuses.

D'après les informations d'Alexandre Lepoutre.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Mauricie et Centre du Québec

Croyances et religions