•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Ryan George, le Montréalais qui ridiculise les scénarios hollywoodiens

Ryan George jouant le rôle d'un scénariste dans une des vidéos. Il porte des lunettes et a des feuilles de papier dans les mains.

Afin de rendre visibles les absurdités scénaristiques, chaque vidéo reconstitue de façon humoristique le « pitch meeting » d’un film, c’est-à-dire le moment où le scénariste doit vendre son scénario au producteur.

Photo : YouTube / Screen Rant

Avec plus de 200 millions de vues sur YouTube, les capsules humoristiques Pitch Meetings, de Ryan George, ont su retenir l’attention des fans de films américains. Si bien que le Montréalais parvient à gagner sa vie en publiant ces vidéos baveuses, sans être méchantes, qui soulignent les incohérences des mégaproductions.

L’idée de mettre à nu ces faiblesses scénaristiques lui est venue en écoutant The Comeback Kid, un monologue comique de John Mulaney. Dans un numéro, l’humoriste ridiculise plusieurs éléments de la série de films Retour vers le futur, notamment l’amitié improbable et jamais expliquée entre les deux principaux personnages, un étudiant du secondaire (Marty McFly) et un physicien nucléaire en disgrâce (Emmett ‘’Doc’’ Brown).

Quand on prend le temps de déconstruire l’histoire de la plupart des films, on se rend compte qu’il y a plein d’éléments douteux qu’on accepte sans trop se poser de questions.

Ryan George

Une routine spartiate

Entièrement conçues par Ryan George, les vidéos des Pitch Meetings sont publiées sur une base hebdomadaire. Pour rester à l’affût des nouveautés, le créateur s’impose une routine spartiate. Je vais voir un film à sa sortie [médiatique] le jeudi soir, puis je travaille jusqu’au samedi soir afin de pouvoir mettre [la vidéo] en ligne le dimanche.

Le processus de recherche-création consiste d’abord en un visionnement (rarement deux) accompagné d’une prise de notes, puis de beaucoup, beaucoup de temps passé en ligne sur les forums de fans et sur différentes chaînes YouTube afin de trouver un maximum d’éléments pouvant être tournés en dérision.

L’écriture, le tournage et le montage sont réalisés à domicile, le sous-sol faisant office de studio. Les vidéos sont ensuite diffusées sur la chaîne YouTube de Screen Rant, un site Internet consacré aux films qui appartient à Valnet, une entreprise située à Montréal.

Une inside joke aux fans de cinéma

Afin de rendre visibles les absurdités scénaristiques, chaque vidéo reconstitue de façon humoristique le pitch meeting d’un film, c’est-à-dire le moment déterminant où le scénariste doit vendre son script au producteur. La discussion qui en résulte, encapsulée dans une vidéo d’environ six minutes, permet de révéler l’origine de plusieurs éléments pauvres du film.

Le fait que les deux personnages des vidéos soient interprétés par Ryan George ajoute une touche d’absurdité aux discussions décousues. Quelques-unes des techniques spécifiques liées à la production sont dévoilées dans l’épisode 100, qui, par une mise en abîme, imagine le « pitch meeting » des Pitch Meetings.

Les productions qui se prêtent le mieux aux Pitchs Meetings sont celles ayant suscité la colère, notamment chez les communautés de fans. Justice League et The Last Jedi sont deux des premiers films [qui ont fait l’objet de capsules], et elles ont connu un bon succès parce que les gens adoraient ou détestaient passionnément ces films, se rappelle Ryan George.

Le Montréalais affirme toutefois que ses propres capsules suscitent beaucoup moins la hargne des internautes. Les commentaires qu’il reçoit sont positifs dans une écrasante proportion, une vague de sympathie qu’il explique par la quasi-absence de jugements véhiculés par ses capsules.

Ce ne sont pas des opinions que je présente : ce sont juste des faits, des absurdités des scénarios. Les gens ont déjà vu le film, alors [les Pitch Meetings sont] comme une inside joke.

Ryan George

Il suffit toutefois de lire les commentaires laissés sur YouTube pour constater que les internautes raffolent surtout des phrases fétiches (catchphrases) utilisées par les personnages pour justifier certaines de leurs décisions.

La plus populaire, Super easy, barely an inconvenience, incarne à elle seule la très généreuse marge de manœuvre que se donnent souvent les films d’action. Comment les jouets de Toy Story 1 parviennent-ils à maîtriser le petit voisin sadique? Super facile, presque pas un problème : ils n’ont qu’à briser leur règle principale de ne pas bouger en présence d’êtres humains et à intimider le garçon, qui en gardera sans aucun doute des séquelles psychologiques, fait ainsi valoir la capsule consacrée à ce film.

Et si la critique se fait insistante sur un élément pauvre d’un récit, l’expression I will need you to get off my back (Je vais avoir besoin que tu me sacres la paix) permet de mettre fin au point de discussion : mieux vaut ne pas être tatillons quand on écoute un gros film d’action.

Les yeux tournés vers Hollywood, toujours

Le succès des Pitch Meetings est indéniable depuis leur lancement en novembre 2017, et ce résultat est le fruit de près d’une dizaine d’années d’efforts. En plus des quelque 175 vidéos qui totalisent environ 18 heures de contenu, l’artiste travaille depuis 10 ans avec ses collègues Samuel Brisson et Brandon Calder au sein de Moving Mind Studio. Le trio a réalisé une centaine de vidéos diffusées sur YouTube, et leur websérie Campus Law a été produite en 2017 par l’humoriste vedette Kevin Hart.

Si son gagne-pain consiste à tourner en dérision les mégaproductions hollywoodiennes, Ryan George aspire néanmoins à percer au sein de cette difficile industrie. Ironiquement, il est allé récemment « pitcher » un scénario à Los Angeles. Gageons qu’il saura éviter les écueils scénaristiques qu’il révèle dans ses capsules. Au pire, cela lui fera du matériel pour une autre capsule des Pitch Meetings… pour le plus grand plaisir de ses fans.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Cinéma

Arts