•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L’ouverture de la Côte-Nord crée une ruée vers la pêche

Des voitures devant le chalet de la ZEC.

C'était la folie au poste d’accueil de la ZEC Forestville lundi matin. En 10 minutes, plus de 12 camions se sont succédé, tirant des véhicules tout terrain ou des bateaux.

Photo : Radio-Canada / Benoit Jobin

Radio-Canada

La levée des barrages routiers était attendue par les propriétaires de chalet sur la Côte-Nord. Certains d’entre eux étaient prêts à embarquer sur le traversier à Baie-Sainte-Catherine pour accéder à la région dès le retrait des contrôles policiers à minuit.

Cette année, Mario Lirette ouvre son chalet un peu plus tard qu'à l'habitude. Les barrages routiers l’ont forcé à repousser son séjour sur la Côte-Nord. Au petit matin, il est parti de Donnacona, à l'ouest de Québec, pour arriver à Forestville le plus tôt possible.

Mario Lirette dans son chalet.

Mario Lirette est venu de Donnacona pour se rendre à son chalet au Lac à la truite.

Photo : Radio-Canada / Benoit Jobin

Je ne suis même pas arrêté faire d'épicerie. Normalement, j'arrête faire mon épicerie à Forestville pour donner une chance d'encourager la municipalité. Mais là, j'ai tout apporté mes affaires : pain, viande. J'ai toutes, toutes, toutes mes affaires, raconte Mario Lirette.

Mario Lirette sur son terrain devant un lac.

Mario Lirette peut enfin descendre son véhicule tout terrain à son chalet.

Photo : Radio-Canada / Benoit Jobin

Quelques heures après la levée des barrages routiers à Tadoussac, une fébrilité régnait au poste d’accueil de la ZEC de Forestville. Les villégiateurs de l’extérieur de la région étaient nombreux à passer prendre leur carte de membre avant de se rendre à leur chalet.

Certains d’entre eux portaient un masque, se saluaient à distance.

Un quai donne sur un lac en forêt.

La saison de pêche sera différente cette année, mais elle aura lieu.

Photo : Radio-Canada / Benoit Jobin

Fins prêts

Ils étaient plusieurs à avoir fait l'épicerie avant de prendre la route lundi matin.

J’ai tout. Tout de A à Z. Les épiceries au complet. Tout, tout, tout. On avait même nos lunchs pour monter avec nos thermos de café, lance Robert Voyer en route vers son chalet.

De leur côté, Laurette et Guy Laliberté ont fait leurs courses à Sainte-Croix. On a seulement arrêté mettre du pétrole et chercher le permis de pêche, indique M. Laliberté.

Michel Brossard était prêt à se confiner pour près de deux semaines. Tout est fait, on a seulement arrêté pour prendre de l'essence, puis on a tout ce qu'il faut pour passer les 12 prochains jours. On s'en va en quarantaine dans notre chalet, raconte-t-il

Même si les contrôles routiers sont levés, la santé publique demande toujours à la population de limiter les déplacements entre les régions à ceux qui sont essentiels. Une période d’isolement volontaire de 14 jours est aussi recommandée aux visiteurs à leur arrivée sur la Côte-Nord.

Avec les informations de Marlène Joseph-Blais

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Côte-Nord

Coronavirus