•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'ombudsman de l'Ontario ouvre une enquête sur les foyers pour aînés

L'ombudsman de l'Ontario Paul Dubé.

L'ombudsman de l'Ontario Paul Dubé

Photo : La Presse canadienne / Nathan Denette

Radio-Canada

L'ombudsman ontarien annonce qu'il fera enquête pour déterminer si le gouvernement Ford a bien surveillé les centres de soins de longue durée depuis le début de la pandémie de COVID-19.

Son enquête vise en particulier les ministères des Soins de longue durée et de la Santé pour déterminer si leur surveillance a été « adéquate pour garantir la sécurité des résidents et du personnel », indique l'ombudsman dans un communiqué.

M. Dubé invoque son pouvoir d’enquêter de son propre chef, sans le dépôt de plaintes au préalable, en raison des « graves préoccupations soulevées par les flambées d’infection » dans les résidences pour personnes âgées.

L'ombudsman cite aussi le rapport accablant publié la semaine dernière par l'armée sur les éclosions dans cinq foyers ontariens où des militaires ont été appelés en renfort.

Le rapport des Forces armées canadiennes a brossé un tableau stupéfiant de la situation dans les foyers de soins de longue durée durant cette crise. Notre enquête examinera les problèmes systémiques qui ont conduit à ces conditions et présentera des recommandations constructives pour y remédier.

Une citation de :Paul Dubé, ombudsman de l'Ontario

« Déterminer les causes profondes des dysfonctionnements administratifs et recommander des solutions concrètes, voilà ce que nous faisons », ajoute l'ombudsman.

« Bien que l’Ombudsman des patients, qui relève du ministère de la Santé, s’occupe des plaintes sur la qualité des services et le fonctionnement des foyers de soins de longue durée, et que la Direction des inspections au ministère des Soins de longue durée veille aux plaintes sur les foyers individuels et détermine s’ils respectent les normes, l’ombudsman de l’Ontario exerce sa surveillance sur ces deux ministères, y compris sur ces organismes », explique M. Dubé.

Ce dernier indique que ses enquêteurs se pencheront notamment sur :

  • le traitement des plaintes;
  • les inspections effectuées par le ministère des Soins de longue durée;
  • la planification d’urgence;
  • les mesures prises pour appuyer les foyers de soins de longue durée pendant la crise de la COVID-19;
  • la collecte des données sur les cas de coronavirus;
  • les taux d’infection et de décès dans ces foyers;
  • les communications avec les résidents et le personnel des foyers de soins de longue durée, ainsi qu’avec le public.

M. Dubé n'a pas fixé d'échéancier pour le dépôt de son rapport. « Vu les défis posés par la situation actuelle, alors que la plupart des fonctionnaires travaillent à distance, [l'enquête] se déroulera aussi efficacement que les circonstances le permettront », précise l'ombudsman.

Nous accueillons l'ombudsman, dit Ford

Il invite toute personne détenant des renseignements sur les ratés dans la surveillance exercée par le gouvernement à porter plainte auprès de son bureau.

Quelques jours après avoir annoncé la tenue d'une commission d'enquête sur les soins de longue durée, Doug Ford indique lundi vouloir l'accélérer, et éprouver le besoin d'avoir des réponses.

Nous accueillons l'ombudsman à y venir [dans les ministères], nous accueillons le procureur général. Le coroner enquête et peut-être aussi la police.

Une citation de :Doug Ford, premier ministre de l'Ontario

La Fédération des aînés et des retraités francophones de l'Ontario (FARFO) soutient l'initiative de l'ombudsman.

Le membre du conseil d'administration Michel Tremblay souhaite que les décès survenus ces derniers mois ne soient pas en vain, et qu'elles mènent à changer les choses. Ça peut être la plus belle reconnaissances à tous ces gens qui ont donné leur vie.

Pas un nouveau problème

L’ancien ombudsman André Marin a affirmé récemment avoir reçu des centaines de plaintes sur les foyers pour personnes âgées de 2005 à 2015. Il a toutefois précisé qu'il n’avait pas le droit d’enquêter sur ce secteur.

Tout au long de son mandat et dans ses rapports annuels, André Marin a exhorté sans succès le gouvernement libéral de l'époque à donner à son bureau le mandat d'enquêter sur les centres de soins de longue durée.

Wynne et McGuinty étaient au courant, mais ils n’étaient pas intéressés, a soutenu M. Marin, en référence aux anciens premiers ministres ontariens.

Notre dossier : La COVID-19 en Ontario

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !