•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une nouvelle coupe gratuite pour les travailleurs de la santé

Le reportage de Félix Morrissette Beaulieu

Photo : Radio-Canada / Marc Andre Turgeon

Un salon de Québec a offert une coupe de cheveux gratuite pour les travailleurs de la santé. Un autre a décidé d'ouvrir dès minuit pour servir le plus de monde possible.

Les idées ne manquent pas pour souligner la réouverture des salons de coiffure.

Par exemple, lundi, la bannière KRWN, dont deux des salons se trouvent à Québec, a réservé la toute première journée de reprise des activités aux travailleurs de la santé.

Ces derniers étaient servis gratuitement par les barbiers.

C'est un peu pour les remercier du travail qu'ils font depuis le début, parce qu'ils sont au front, il y en a plein qui sont au front, mais eux sont en plein dedans, explique Jeremy Vincent, copropriétaire du salon KRWN dans Saint-Roch.

La pizza était aussi offerte gratuitement à la cinquantaine de clients qui ont profité de la promotion du salon.

Un coiffeur avec un masque et une visière peigne les cheveux d'un client.

Un barbier du salon KRWN en action.

Photo : Radio-Canada / Marc Andre Turgeon

Ciseaux à la main depuis minuit

Élise Poirier et Jade Cayer, du Salon Folio Coiffure, ont sorti leurs plus beaux ciseaux dès minuit, la nuit dernière, pour coiffer leurs clientes accueillies par des ballons et tapis rouge lors cette réouverture tant attendue.

C’est l’idée de mon associée, explique Élise Poirier. Il y a une semaine et demie, on est venue faire du ménage pour préparer nos trucs. [Jade] a dit: ”Je vais rentrer à minuit pour faire ma première cliente”. J’ai répondu : “penses-tu vraiment que je vais te laisser rentrer toute seule? Je veux le faire avec toi, ce trip-là”.

Jade Cayer peigne une cliente, qui porte un masque.

Élise Poirier avec une de ses premières clientes à la réouverture des salons de coiffure.

Photo : Radio-Canada / Marie-Pier Mercier

Un marathon de 16 heures

L’idée d’un marathon de 16 heures sans interruption a ensuite émergé. Et le recrutement des heureuses élues parmi les premières à se faire coiffer le 1er juin n’a pas été difficile, même au beau milieu de la nuit.

En 15 minutes, ma nuit était bookée.

Élise Poirier, copropriétaire du Salon Folio Coiffure

C'est un gros 16 heures, mais c'est tellement plaisant de recommencer à travailler. Je suis aux anges, ajoute Élise Poirier. Il y a 18 ans, on a parti cette entreprise-là ensemble. Là, c'est une réouverture, c'est historique. Ce qu'on est en train de vivre, on ne le revivra pas dans notre carrière, en tout cas on espère.

Deux coiffeuses coiffent en même temps dans un salon. Les coiffeuses et les clientes portent des masques.

Élise Poirier et Jade Cayer coiffent deux clientes à la première journée de réouverture du salon de coiffure Folio, à Québec.

Photo : Radio-Canada / Marie-Pier Mercier

Des prochaines semaines bien remplies

Jade Cayer admettait pour sa part ressentir un peu de fatigue lors du passage de Radio-Canada, à l’aube.

Les premières lueurs du soleil lui ont toutefois redonné le regain d’énergie nécessaire pour les nombreuses clientes restantes, d’ici la fin du marathon, aujourd’hui.

De l’énergie, elle en aura d’ailleurs bien besoin au cours des prochaines semaines.

Demain, c'est du 8 h à 20 h. Et j'enligne ça pour les 14 prochains jours.

Jade Cayer, copropriétaire du Salon Folio Coiffure

Comme les autres salons de la province – et même du monde entier – plusieurs modifications ont été apportées pour un grand retour en toute sécurité : lignes de 2 mètres pour respecter la distanciation sociale, chaises condamnées, moins d’effectifs sur le plancher et port du masque obligatoire en tout temps pour quiconque s'aventure dans ce temple de la coiffure.

Avec les informations de Marie-Pier Mercier

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Emploi

Économie