•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les dangers du gel désinfectant dans des canettes de bière ou des bouteilles de vin

Une bouteille de gel désinfectant pour les mains qui ressemble à de l'eau.

Sherif Mohsen tient une bouteille de gel désinfectant pour les mains qu'il a confondue avec de l'eau, dans un supermarché de Toronto.

Photo : Radio-Canada / Gracieuseté Sherif Mohsen

Radio-Canada

Du gel désinfectant dans des bouteilles de vin ou des canettes de bière est en vente dans les supermarchés en raison de la pénurie de ce type de produits créée par la pandémie. Ces produits fabriqués par des distilleries ou des brasseries sont le fruit de bonnes intentions. Mais, sans étiquetage approprié, ils peuvent aussi se révéler dangereux pour la santé des consommateurs.

Sherif Mohsen a failli boire le contenu d’une bouteille de gel désinfectant avec une concentration d'alcool hydroalcoolique de 70 %, pensant que c’était de l’eau, car le produit se trouvait dans une bouteille utilisée d'habitude pour y mettre des boissons.

La pandémie de la COVID-19 a entraîné une pénurie de solutions hydroalcooliques. Pour répondre aux besoins, des brasseries et des distilleries ont arrêté leur production d’alcool pour fabriquer ces produits.

Or, les contenants en plastique se sont eux aussi rapidement raréfiés. Certaines entreprises ont donc commencé à distribuer les gels désinfectants dans des canettes de bière, des bouteilles de vin ou d’autres contenants à boisson.

Je crains que quelqu’un d’autre ou qu'un enfant ne fasse la même erreur que moi en pensant que c’est de l’eau, affirme Sherif Mohsen.

Ce dernier a alerté le Centre antipoison de Toronto et l’Institut pour la sécurité des médicaments aux patients du Canada (ISMP), un organisme à but non lucratif qui recueille et analyse les déclarations d’accidents liés à l’utilisation des médicaments.

Dès que nous avons pris connaissance des photos envoyées par Sherif Mohsen et que nous avons regardé les produits distribués à travers le pays, nous avons su tout de suite qu’il y avait un grand risque pour les consommateurs, déclare la présidente et directrice générale de l’ISMP, Carolyn Hoffman.

L'ISMP a lancé une alerte concernant ces produits.

Nous savons que les producteurs ont de bonnes intentions, mais il y a quand même un grand risque.

Carolyn Hoffman, présidente et directrice générale de l’ISMP

L’organisme a aussi reçu un rapport concernant un enfant qui avait mis à la bouche ce type de contenant et consommé une petite quantité de gel désinfectant.

Le nombre d’expositions à ce type de gel signalés à des centres antipoison a presque doublé depuis le début de cette année. Il est passé de 105, en janvier, à 200, en avril, selon Santé Canada.

Une étiquette semblable à celle du vin

Au Manitoba aussi, les différents contenants ont pris place dans les supermarchés.

La distillerie de Regina Minhas Sask met 80 % de sa production de gel hydroalcoolique dans des bouteilles de vin.

C’est marqué dessus clairement que c’est du gel, mais l’étiquette même ressemble à celle du vin, estime Carolyn Hoffman.

La brasserie manitobaine Farmery met du gel dans des canettes de bière. Toutefois, les pictogrammes annonçant des matières inflammable et explosive sont très visibles sur le contenant.

Santé Canada indique que les solutions fabriquées par Minhas et Farmery ont reçu l'autorisation d'être vendues au pays. Un courriel indique par ailleurs que le Ministère va vérifier si certaines entreprises font fi des règlements pour l’étiquetage.

Farmery n’a pas souhaité faire de commentaires, et Minhas n’a pas donné suite à la demande d’entrevue de CBC.

Une mise en garde

Le mois dernier, le gouvernement fédéral a publié un avertissement concernant l’embouteillage des gels et d'autres produits nettoyants à l’attention des consommateurs.

La Dre Joss Reimer, de l’Université du Manitoba, explique qu’en temps normal elle ne recommanderait jamais la commercialisation de ce type de produits dans des contenants différents. Mais, en raison de la pénurie, la situation est différente.

Elle rappelle tout de même que les risques sont toujours présents pour les enfants, même avec le bon étiquetage.

Il reste donc très important de ranger ces produits de manière appropriée et de les maintenir hors de la portée des enfants à la maison.

La Dre Reimer recommande aussi de discuter avec ses enfants des dangers que représente la consommation de tels produits.

L’ISMP préconise de mettre le gel désinfectant dans un contenant différent, que l'on a vidé, nettoyé et séché, et de remplacer le bouchon pour signaler qu'il contient un produit différent. Il pourrait aussi avoir une étiquette qui précise : utilisation externe seulement.

Avec les informations de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Manitoba

Santé publique